Nous touchons au but

Petit post écrit lors de notre retour vers Bangkok depuis l’île de Koh Tao dans le sud de la Thaïlande… C’est bientôt fini et nous sommes contents et tristes de revenir sur notre sol natal.

 

 

Chiang Mai

Lien Photo de Chiang Mai

 

DSC02946

Entrée d’un temple à Chiang Mai

 

Ainsi, nous nous étions quitté à l’approche de Chiang Mai, avec un trajet, on ne peut plus chaotique de plus d’une trentaine d’heure.

Qu’importe, car c’est avec délice que nous dégusterons cette ville des mille temples. Elle a longtemps été exclu du reste de la Thaïlande par son éloignement et son manque de connexion avec le monde connu. La plupart des personnes vivant dans cette région possède leur propre langage, ce qui ne les empêche pas de parler un très bon anglais pour les voyageurs que nous sommes. Il est vrai qu’au delà de bonjour et merci, nous ne savons pas dire grand chose. Certains villages possèdent de plus des coutumes connues comme les fameuse femme girafe qui possède plusieurs anneaux autour du cou.

Revenons à nos moutons, que faisons nous là ? Nous n’en savons pas grand chose, mais maintenant que nous y sommes profitons en. Tout d’abord, nous nous laissons entraîner par une soirée de Muai Thai (ou boxe thai) dans lequel s’affronteront plusieurs gabarits et plusieurs nationalités. La palme revenant à un boxeur Allemand qui étalera littéralement son adversaire Thaï.

 

Lien photos de la Boxe Thai à Chiang Mai

 

Nous comptons les jours avant le départ et nous avons tout de même envie de visiter la région. Scooter en main, nous nous dirigeons pour un périple à travers les montagnes de 900km sur 5 jours. Ça monte, ça descend, il fait chaud, il fait froid, bref des montagnes… Pour le coup nous sortons complètement des sentiers battus après avoir passé le village fort sympathique de Pai.

 

20151201_152028

Conseil sur le bord de la route. De mémoire, le bleu c’est pas une obligation ?

 

Lien photo 1 boucle en scooter près de Chiang Mai

Lien photo 2 boucle en scooter près de Chiang Mai

 

Pai, Mae Lana, Mae Hong Son, Mae Lanoi, et Mae Cham, tous ces petits villages anciennement autonome qui sont aujourd’hui liés par une seule route que nous dévalons tels de réels bikers (sur un 125 auto!), mais le plaisir est présent tout de même. Nous galérons parfois à trouver un hébergement, ce qui n’est pas commun en Thaïlande mais finissons toujours par dormir à l’abri du froid, ce qui n’est pas commun non plus en Thaïlande (d’avoir froid). Cependant, l’approche du sommet à 2665m nous fera rappeler que nous sommes sur une montagne. Une fois dépassé les nuages, le soleil nous réchauffe de nouveau et nous laisse profiter de la nature luxuriante pour une telle altitude. A la suite de cette journée, nous retrouverons Chiang Mai et la canicule… jamais content, trop chaud ou trop froid.

 

 

Chiang Rai

Lien photo du Temple Blanc à Chiang Rai

DSC03133

White temple de Chiang Rai

 

J – 10 avant retour… Tic Tac Tic Tac, les jours s’enchaînent trop vite et il y a trop de lieux que nous voulons visiter. Du coup, c’est encore avec forcing dans les transports que nous essayons de gratter quelques jours de plus de visite. C’est comme cela que nous nous trouvons à faire d’une traite le trajet reliant Chiang Mai à Koh Tao, en passant par Chiang Rai et la visite d’un temple bouddhiste nouvelle génération, Bangkok et Chumphon… Encore un record dans les transports.

Un petit mot sur Chiang Rai et le fameux temple blanc. Pour nous autres, simples profanes, nous imaginions la religion Bouddhiste représentant toujours les mêmes scènes qui fait qu’un temple ressemble bien vite à un autre temple, mise à part la taille du bouddha à l’intérieur… Ici, il n’en est rien. Si le cœur vous en dit, vous pourrez trouver les images de batman, superman, un minion se baladant sur le mur intérieur du temple. Terminator et Dark Vador en opposition, des missiles nucléaire et des téléphones portables… j’en passe et des meilleurs. Nous avons reconnus quasiment tous les Marvels et autres anges et démons des block busters américain ! Quel surprise que cette allégorie de la religion dans notre monde contemporain. Mon petit lieu préféré demeure sans conteste le passage au dessus de l’enfer symbolisé par des mains au niveau du sol. En passant par la passerelle, nous pouvons voir les amphores demandant de l’argent… Sans commentaire.

…suivi de la route pour Koh Tao dans la même journée

Et nous revoici dans notre lieu préféré, le transport. Une simple formalité ce coup ci. 2000Km avec un changement de station dans la ville de Bangkok ! Encore beaucoup de péripéties, mais je préférerai ajouter les détails de vive voix. Tout cela se termine fort heureusement très bien et Coline rendra un hommage à la mer en donnant à manger aux poissons.

 

 

Koh Tao

Lien Photo Koh Tao

 

Après coup, nous pensons avoir vraiment très bien choisi notre destination avant le retour en France. Koh Tao est bien plus petite que la première île que nous avons visité Ko Chang à l’est de la mer de Thaïlande Elle ne fait que 4km de long pour 2km de large. Mais le dénivelé intérieur reste non négligeable, et nous nous en rendrons vite compte… Nous décidons de traverser l’île pour rejoindre une crique isolée dans laquelle nous ferons du snorkelling (nager avec masque et tuba pour observer les fonds marins).

 

DSC03320

Les eaux cristallines Hin Wong Bay

 

Notre première découverte sera bien sur la multitude de poissons que peuple l’océan (ou la mer) mais également les coraux, qui même sans être multicolore nous impressionne par leurs diverses formes. Cependant n’ayant pas d’appareil étanche, nos photos seront uniquement dans nos têtes…

A défaut de découvrir un requin baleine dans ces mers claires, nous retrouverons nos amis de Yangshuo, Pauline et Akio…

Le hasard n’y est pas pour grand chose, mais cela fait toujours plaisir de se retrouver, surtout dans cet endroit incroyable. Tout feu, tout flamme nous racontons nos péripéties depuis notre dernière rencontre à Kampot au Cambodge. En plus de nos histoires, nous pouvons leur dire merci pour apport d’une caméra water proof… Direction les fonds marin une nouvelle fois.

 

 

Une journée en Kayak

Lien Photo de la journée en Kayak

DCIM100GOPROG0015405.

Vue de Koh Tao depuis l’île de Nang Yuan

 

Nous louons donc un kayak et partons à l’attaque de l’île située à côté de Koh Tao, j’ai nommé Nang Yuan Island. Ici, rien de spécial, si ce n’est deux banc de sable blanc traversé de par en par avec une eau turquoise. Pas de photo éloquente, alors cliquer ICI  pour avoir un aperçu.

Notre parcours continuera tout du long de l’île pour revenir sur Mango Bay, petite crique des plus perdu. Le problème c’est qu’à la fin, tout les spots se ressemblent… eau turquoise et très chaude, petite crique de sable sans touriste, quelques bateaux à passer dans le fond nous rappelant la civilisation, des fruits très goûtus à portée de main… non, on ne peut pas se lasser. Le meilleur est le couché du soleil avec une bière à la main. What else ?

 

20151214_180217

Coline face au couché de soleil face à Sairee Beach

 

J-2, et toutes les bonnes choses ont une fin, même ici. Nous disons au revoir à nos amis. Cette fois, c’est la dernière dans ce voyage. En attendant de se revoir en France ou en Suisse et de connaître la suite de nos aventures. C’est l’heure du retour sur Bangkok pour prendre notre avion. J’écris ces lignes à J-1 et nous ne savons pas ce qui nous attend dans les jours et mois à venir. Beaucoup de projets nous trottent en tête. Promis, nous vous tiendrons informés dès que nous nous décidons.

Petite mention pour remercier les artistes qui nous on accompagné dans l’écriture des articles, car la musique nous aident à composer. Woodkid (I love you), Wax Tailor (Dragon Chasers (Ft Char. Savary), Saez (Que sont-elles devenues ?), Fauve (Nuit fauve), The XX (Crystalised), Creedence Clear Water Revival (Fortunate Son) et le controversé mais néanmoins aimé Bertrand Cantat (Gagnants Perdants, …)

Enfin, pour aider ceux qui pensent un jour partir sur une longue durée, nous allons faire un petit article (ou long) sur les points critiques d’un voyage pour les pays que l’on à traverser (argent, santé, transport) et aussi les coups dur que l’on à traverser pour vous préparer si vous partez à deux… Un homme prévenu en vaut deux, il paraît.

 

M

Publié dans : 09 - Thailande | le 16 décembre, 2015 |1 Commentaire »

Nous avons découvert le paradis… La Thailande

Après toutes ces péripéties, nous sommes arrivés dans une contrée où il n’est pas difficile de trouver ce que l’on souhaite. La Thailande, c’est le paradis pour les vacanciers, mais cela peut vite être l’enfer pour le voyageur ! En effet, nous trouvons de tout à profusion, ce qui nous fait nous sentir rapidement « comme à la maison », 30°C en plus ! Mais cela à son coût et la vie du touriste n’est pas celui du voyageur, qui cherchera les bons plans parmi plétore de restaurant et de guest house. De plus, les plongées, location de scooter, et autres randonnées dans la jungle peuvent finir de torpiller ce « petit budget » de 40€ par jour pour deux… En somme, Thailande rime avec tentation !

 

KO CHANG

Photo île de Ko Chang –> Lien 1

Photo île de Ko Chang –> Lien 2

 

DSC02904 Vue sur la baie du côté rando…

 

Nous commençons notre découverte de ce pays par l’est du golf de Thailande sur l’ile de Ko Chang. Et nous n’y parvenons pas sans mal… Ce sera après un mini bus (prévu pour 10 mais dans lequel nous serons 20 personnes), un tuk tuk, un passage de frontière à pied (sans encombre), un nouveau mini bus, un tuk tuk, un bateau et un dernier tuk tuk, que nous arriverons à 22h sur le lieu dit. Dans le petit village de Ban Bao dans le sud de l’ile, notre paradis nous attend. Ce ne sera qu’au petit matin que nous découvrirons ce lieu. Devant notre bungalow, nous avons une mangrove qui se rempli et se vide au rythme des marées. A 200m, se trouve la plage de sable fin munie d’une multitude de bars et de restaurants proposant de la nourriture occidentale ! Nous n’y résisterons pas très longtemps, après tous les riz et pâtes frit que nous avons mangés.

 

Lorsque l’on sait que le rythme de vie sur une ile est déjà au ralenti, nous pouvons vous confirmer que sur une ile thailandaise, c’est à grande peine si l’on bouge. Passé midi, le soleil nous assomme de ces rayons, et même dans l’eau, la fraicheur se fait désirée. Une petite brise à l’ombre ainsi qu’un cocktail de fruit (Ananas ou mangue) nous permettent de tenir le coup. Ici, à 18h, c’est la nuit et la soirée qui débute. Musique de soirée à l’européenne nous rappelle que cette ile vie principalement du tourisme, mais cela ne nous empêche pas de nous éclater.

 

Les jours s’enchainent rapidement et nous profitons des joyaux de l’ile. Ainsi, un masque et un tuba achetés, nous fonçons dans une crique pour admirer la faune et la flore sous marine. Nous louons un scooter (et évitons le tatouage Thailandais) et inspectons chaque recoin de notre trésor. Pas d’inquiétude, l’eau est turquoise tout autour ! Cette balade se finira pas un couché de soleil sur White Sand Beach, qui nous procura un spectacle de préparation en vue de la full moon.

 

Au sud de l’île, nous ne sommes pas en reste et les journées passent trop vite. Une partie de tarot improvisée, plusieurs cocktails sirotées, des séries de bouquins enfilées… Déjà 6 jours que nous sommes là et nous devons partir si nous voulons avoir un peu de temps dans d’autres endroits. Notre destination suivante est choisie : Chiang Mai.

 

 

Sur la route et sur les rails

Lien photo sur la route

 

Que chacun en prenne bonne note. Lorsque nous avons décidé de venir en Thailande, c’était pour les plages de sable blanc, une eau chaude et une ambiance caliente… Très bonne idée pour la fin de la 1ère partie du voyage. Ainsi, lorsque nous discutons avec plusieurs personnes dont un irlandais nommé Andy (qui a eu mal comme nous à la coupe du monde de rugby), qui nous dit : «  You have to go to Chiang Mai, it is the best place of Thailande ! ». Celui ci vivant là bas, nous vante tous les mérites de la ville, ce qui nous fit craquer… et à raison.

 

Avant d’y parvenir cependant, encore une nouvelle aventure… les transports. Ce coup ci, nous nous disons « on part tôt », comme cela nous ne serons pas prit au dépourvu quand la nuit sera venue ! Mais rien n’y fait ce sera quand même une expédition. Décollage 7h du matin, Tuk Tuk, Bateau, Tuk Tuk et Bus. Nous voilà arrivé à Bangkok à 20h et même pas la moitié du trajet pour Chiang Mai. Ici pas de doute nous sommes dans une ville. Les buildings, que nous retrouvons, nous rappellent la « Vrai Vie », les embouteillages, les centres commerciaux, les métros et trains aériens de la ville, sans oublier la nouveauté jamais observée, l’autoroute pont (une autoroute au dessus d’une autoroute)… Le choc est brutal et nous décidons de partir imédiatement pour le nord… Le train suivant pour Chiang Mai est à 22h. Ainsi fut nortre escale sur Bangkok, 2h. Le plus dur n’est pourtant pas passé. N’ayant plus de place en wagon lit, nous nous retrouvons, une fois de plus, dans le wagon 3ème classe.

 

20151127_222033

Coline Fanfaronne avant une nuit de bonheur

 

Temps annoncé, 12H30 de trajet. Avec un peu de chance le train aura un peu d’avance, qui sait, on peut toujours rêver. Outre le temps, sur lequel nous pouvons passer des heures à parlementer, nous inventons des positions artistiques pour trouver un semblant de confort afin de trouver le sommeil. Bref, c’est avec peu de repos que nous trouverons notre salut le lendemain midi. Le temps de trouver une auberge et voilà 31h passées dans le déplacement. Pas mécontent d’arriver et de trouver… la suite dans le prochain article.

 

M

Publié dans : 09 - Thailande | le 2 décembre, 2015 |8 Commentaires »

Angkor plus de temples au Cambodge !

Compte tenu du temps limité qu’il nous est imparti avant notre grand retour en France nous ne resterons qu’une quinzaine de jour au Cambodge. Une fois la frontière traversé nous allons directement à Siem Reap. Cette ville dont le nom ne parle à personne est en faite le point d’ancrage principale pour visiter les Majestueux temples d’Angkor.

C’est après avoir changé 2 fois de bus que nous arrivons de nuit et sous la pluie dans cette ville.

Nous dénicherons une sympathique auberge un peu écarté du centre . Il nous faut maintenant apprivoiser la monnaie locale. La gymnastique est plus ardue qu’a l’accoutumée. En plus de la conversion systématique qu’il nous faut intégrer, ici deux monnaies sont à l’œuvre. Le dollar américain et les Riels cambodgien , le tout à convertir en euros par la suite. Un vrai casse tête chinois… ou peut être cambodgien. Pour vous citez un exemple: Nous payons un plat en dollars et le serveur nous rend la monnaie quasi systématiquement en Dollar et en Riel, donc tu restes 5 bonnes minutes a compter et convertir le tout, afin de t’assurer qu’il ta bien rendu la monnaie juste.

angkor paint

Une fois avoir pris la température du pays nous décidons d’aller à la découverte des temples. Il y a plusieurs formule qui chacune ont un certain prix…. Nous visiterons la cité sur plusieurs jours ce qui perénisera le trou entamé dans le porte monnaie. Pour commencer nous décidons de nous faire guider par un tuk tuk a travers les temples . Heure de départ :5H 30 du matin pour cerner le soleil dès son réveil. Apparemment nous ne sommes loin d’être les seuls à avoir eu cette idée. Le temps est nuageux et nous n’aurons pas la lumière attendu, cela dit le moment reste magique. On se plonge volontiers dans les dessins animés de notre enfance du livre de la jungle et des temples du roi Louis.

Le premier site d’Angkor est le lieu le plus populaire, et l’on sait pourquoi. C’est pharaonique, si l’ont peut dire ! Déjà, nous ne sommes que sur le premier site et l’œuvre édifiée y est gargantuesque. Le lieu est entouré de douves, bien différentes de celle dont nous sommes familier dans nos chateaux. Celles ci ont davantage l’allure et la taille de lacs. Bref vous l’aurez compris, ici, on passe dans la cour des grands.

Pour vous donner une petite idée, la cité Angkor s’étend sur des dizaines de kilomètres de circonférence. Elle était peuplée de près d’1 million d’habitants, tandis qu’a la même période de l’histoire, Londres se contentait de 50 000 habitants…. je vous laisse imaginer l’animation qui y régnait.

Nous continuons donc notre visite. Dans certain temple la nature a repris du galons et ses droits par dessus le marché. De grands arbres aux lianes prolifiques émergent au cœur des bâtiments forçant la pierre a se déchiqueter. Les animaux aussi sont de la partie, singes, oiseaux et serpents y ont aussi pris domicile. Ces dans ces lieux mythiques que fut tourné des films a gros budget que vous connaissez peut être. Ce qui ont aimé l’héroïne sexy Lara Croft dans Tom Raider se verront nostalgique du décor qui fait écho a quelques scènes filmé ici ; Il en est de même pour l’excellent réalisateur Jean Jacques Annaud, qui dirige son projecteur sur de 2 Tigres vivant dans la jungle. le film de son nom Les 2 frères est aussi un exemple où l’on reconnaît les décors d’ Angkor.

angkor 2 paint

Il est assez fastidieux de décrire notre visite plus en détails, les photos parlerons d’elles mêmes.

Après 7 heures de visite sans pause, notre chauffeur nous propose de rentrer ce que nous acceptons avec joie. Nous sommes lessivé et ne voulons pas finir écœuré par la visite de temples en enfilade. Nous retournerons aux temples dans les jours prochains à vélo profitant du célèbre coucher de soleil.

PHOTOS ANGKOR et FILMS

Les PHOTOS des TEMPLES ANGKOR

Nous avons changé d’hébergement le premier étant très confortable mais pas dans notre budget. Notre nouveau hébergement est familiale avec ses 6 chambres, on s’y sent très bien.Nous restons souvent la journée dans notre petit quartier. Le soir, nous allons nous prendre un bain de foule dans les rues de Pub Street. Ce n’est pas forcément agréable mais nous avons plusieurs fois dérivé dans quelques bars sympathiques. Ici tout coûte plus cher qu’ailleurs et cela fait déjà 6 jours que nous y sommes. Nous devons quitter les lieux.

Notre choix se porte vers la mer à Kep petite ville où la spécialité est la dégustation de crabes bleue au poivre de Kampot. Nous prendrons littéralement racine ici pendant 4 jours où il n’y a rien a faire…

kep paint

Photos KEP et FILMS 1

PHOTOS KEP ET ENVIRONS

La ville est très étendu et en une journée vous avez fait le tour des occupations . Pourquoi sommes nous rester 4 jours là bas Me direz vous ??? Et bien je ne sais pas. Finalement nous avions besoins de calme et de plages.Le lieu est mignon et propice à la détente. D’un point vu culinaire, nous avons aussi pu nous délecter de fruits de mers à chaque repas pour une somme très raisonnable. Le dernier jours, alors que nous avions louer une moto pour la journée, nous découvrons Kampot célèbre pour son poivre fruité. Séduit par cette charmante ville aux allures débonnaire nous décidons d’ y faire un stop quelques jours. Ici beaucoup d’expatriés français s’y sont installés et on les comprends ! La ville est traversée par une rivière où quelques bungalows et paillotes la bordent. Les infrastructures touristiques se fondent dans le paysages sans prendre des airs trop extravagantes et c’est tant mieux.

Dernière destination avant de rejoindre la Thailande où nous passerons environs un mois.

Publié dans : 08 - Cambodge | le 18 novembre, 2015 |1 Commentaire »

IL est L’or, L’or de tout révéler !!!!!!!!!

En préambule nous commençons par vous exprimer toute notre gratitude pour votre dérision dans vos messages et commentaires publics ou privés qui nous ont fait rire aux éclats !

Nous avouons aussi avoir pris un petit plaisir à susciter l’envie et les remarques que vous avez émises pour découvrir le mystère !

Donc il y a 2 gagnants et seulement 3 personnes qui ont décelé le VRAI mystère !

Je nomme en première position : PIERROT GRAND VAINQUEUR (par son commentaire sur le blog) suivi de Marine sur le blog qui encore une fois a su taper en plein dans le mille.

Adeline (sur ton com sur Fb) tu a été 3ème a quelques heures près avec Marine mais tu avait aussi résolu l’affaire en cours !  Félicitations a vous !!

Je me doute qu’ a cet instant beaucoup iront voir les commentaires pour y déceler parmi les nombreuses propositions de Pierrot le vrai du faux !

Donc Non, nous ne savons toujours pas qui a tué Pamela Rose (j’imagine que la déception se lit sur certains visages, et nous les comprenons!)

De plus,malheureusement, nous n’avons pas trouvé  l’opportunité d’ouvrir une crêperie bretonne, ou de convaincre tout les asiatiques que le riz est un plat passé de mode et qu’il faudrait sans tarder instaurer le kouing amann en plat national! ( ça viendra peut être !)

Et pour finir et satisfaire les plus curieux , je bois toujours de l’alcool local et vais même en boîte de nuit donc l’idée du polichinelle, de la portée, de la clef etc n’est pas encore d’actualité enfin qui sait….

Il est temps de vous affranchir. De vous de libérer de ce suspens :

NOUS RENTRONS 20 JOURS POUR LES FETES !!!!!!! C’est pas la Vie ça ?!!

Le nouveau jour férié est donc le 17 décembre à 22h à Paris Charles De Gaulle ! Nous repartirons ensuite pour l’INDE !

C’est avec un stylo type marqueur rouge ou un pinceau trempé dans de la gouache qu’il faut inscrire cette date sur vos agendas !

Pour vous faciliter la tâche de ce qui nous ferait extrêmement plaisir nous avons fait une liste :

Évidemment tout tourne, vous vous en doutez ,autour la chose la plus merveilleuse que nous avons en France j’ai nommé la BOUFFE et le VIN !

Donc c’est en bavant comme deux bulldogs devant un steak frais, que nous avons élaborer cette liste :

  1. Une Tartiflette avec pas un reblochon coupé en 2 au dessus , mais bien deux : un coupé en morceaux au milieu des pommes de terre et le 2 ème coupé en 2 au dessus.

  2. Une quiche lorraine

  3. l’incontournable raclette d’hiver qu’on appréciera plutôt 2 fois qu’une ! Hi hi

  4. un sandwich jambon beurre salé et une fine tranche de comté

  5. toast chèvre chaud avec une pointe de miel

  6. un poulet rôti piqué à l’ail et des pommes de terre noisette, on accepte les haricots vert( un peu de verdure ne nous fera pas de mal ! )

  7. un magret de canard rosé.

  8. des pâtes carbonnara faite après une longue tournée dans les bars.

  9. Un plateau de fromage énoorme pour s ’assurer que le comté est toujours mon fromage préféré (Coline)

  10. le tout arosé de VIN rouge, blanc, pétillant bref du vin

Voilà après avoir engloutis tout ça, nous serons sûrement obligé de réservé non pas une place chacun dans l’avion pour l’Inde mais sûrement 2 places chacun !!!!!excédent de gras oblige !

Nous allons donc profiter du Cambodge et des temples puis de la Thaïlande avant notre retour dans le froid de décembre ! Nous sommes heureux de revenir pour les fêtes, de revoir nos familles et nos amis !

Ce sera une excellente pause afin de repartir frais comme des gardons pour la découverte de l’Inde. Pays qui a fini par susciter un grand intérêt pour tous les deux !

Merci encore mille fois d’avoir participer au jeu et à ce suspens, en tout cas nous avons bien rit !!!!!

Nous vous embrassons vite et à très vite

Les Vagabonds !

Publié dans : Non classé | le 11 novembre, 2015 |4 Commentaires »

Au Laos (prononcer La-O), il y a aussi un bas

Je pense savoir que vous attendez une certaine nouvelle, et bien il faudra attendre encore 2 jours ! Pour patienter, voici notre dernier article sur la suite de notre parcours au Laos. Surtout, continuez de nous faire rire avec vos propositions. N’oubliez pas 2 cadeaux en jeu !

 

 

Fini pour nous les aventures dans les lieux au Laos « Made for teenager ». Nous nous dirigeons vers le sud du pays. Ici, il n’est par rare se ne trouver que des locaux. La piste des australiens venant au Laos s’arrête à Ventiane, après avoir passés plusieurs jours à Vang Vien.

 

 

PAKSE

Lien Photo 1 : PAKSE

Lien Photo 2 : PAKSE

En ce qui nous concerne, nous arrivons dans la ville de Paksé… à 6h du matin ! Et oui, c’est cela les sleeping bus, on essaye de dormir pendant le trajet, mais parfois l’heure d’arrivée n’est pas très adaptée.

Photo de Sandrine et Florine dans le sleeping bus

20151023_192231_HDR

En fait, après réflexion, la température est beaucoup plus agréable à 6h qu’à midi, nous le découvrirons à nos dépends. Comptez un bon 25° vers 6h, puis un 35-40° sur les coups de 13h… Nous suerons sur place à l’ombre, en regardant passer la rivière. Nos amis voyageurs ne sont pas en reste, surtout lorsque nous irons visiter le marché.

Susnommé, le plus grand marché du Laos… il est vrai que c’est grand. Nous nous perdions 3 fois car en groupe, c’est pas pas facile. En comparaison, nous étions un peu comme Astérix, Obélix et Assurancetourix dans une pyramide (mais que viennent faire les pyramides ici ? Pardon, je me suis trompé de pays).

Bref, de toutes les choses qui nous aurons les plus surprises (régime de banane pour 1 euro, vente de grenouille vivante, des grillons grillés), nous découvrirons leur célèbre soupe de poisson et surtout, leur méthode de préparation. C’est pas très compliqué : Prendre des poissons, de préférence passé de date de consommation. Mettre ceux ci dans une grande marmite ou cuve. Ajouter des épices de toutes sorte et remplir d’eau pour que toutes les pièces soient immergées. Attendre plusieurs jours si nécessaire que tout soit décomposé. Il est ainsi aisé de voir, pour chaque cuve, le stade de décomposition. De cela dépendra le goût de la sauce… bon appétit.

Paksé n’est qu’un camp de base pour nous. Notre véritable destination est le plateau des Bolovens.

 

 

Plateau des Bolovens

Lien Photo 1 : Plateau des Bolovens

Lien Photo 2 : Plateau des Bolovens

Pour notre petit séjour dans cette région reculée, nous louons des scooters ! Ici, c’est très simple. Même si tu n’as jamais conduis, quidam te laissera partir ! Qu’importe, armé d’une carte avec les « hot spots », nous partons tous les six.

Cyprien, Tiphaine, Coline, Mathieu, Sandrine et Florine

20151025_084644_HDR

Nous sommes en route pour 3 jours de scooter à travers la jungle laossienne. D’aucun penserai, « Ouhawou, dans la jungle ! » en fait, le plus dur est de réussir à ne pas se perdre en se suivant… nous nous en sommes rendu compte après 30 minutes, lorsque Cyprien, n’est plus avec nous ! La première fois que je suis parti en vacances avec des amis, nous nous étions dit : « Nous avons le droit à 20% de perte » (tout le monde était revenu cette fois là), et par chance, ici également ! Cyprien n’avait juste pas vu que nous nous étions arrêté sur le bord de la route !

Les attractions dans le plateau sont les artisanats locaux ainsi que les chutes d’eau. Nous refusant d’acheter une machette sur le bord de la route, nous boirons du café laossien, qui dégusté chaud ou froid ne laisse personne indifférent. Nous espérons que vous aurez un jour l’occasion de découvrir ces saveurs car cela change votre conception du café (à essayer également : le café Vietnamien).

En nous enfonçons petit à petit dans des routes qui ressemblent de plus en plus à des chemins, nous découvrirons notre première cascade ! Juste 80m de haut ! Et le plus magique, c’est qu’il n’y a pas de barrière pour nous empêchez de tomber. Du coup c’est allonger que nous nous dirigeons vers le bord, non sans éprouver quelques sueurs froides.

Photo du haut de la chute d’eau

20151025_152641_HDR

Nous nous attardons dans ce décors ahurissant, mais point trop. A 16h, le barrage situé en amont à l’habitude d’être ouvert et de libérer l’eau retenue en amont… La journée se finissant à 18h avec le couché du soleil, nous trouverons refuge dans le village de Tad Lo (litérralement : la chute de Lo) où la rivière continue sa descente. Ici, la douche est au bord de la cascade. Les enfants trouvent ici un terrain de jeux à la hauteur de leur attente lorsque nous les verrons réaliser des backflips en sautant dans l’eau.

Au lendemain de cette journée riche en paysage, c’est sur la route que notre temps se passera. Aujourd’hui plus de 6h de scooter prévu… si l’on ne crève pas ! Nous trouverons sur notre route plusieurs chutes d’eau plus ou moins grande, ainsi que Philippe, notre camarade de frontière qui poursuit son chemin au même rythme que nous.

Parfois, nous croisons un village avec ses baraquements sur l’accotement, souvent il n’y à que la jungle… Après 4h de route, fini le macadam. Le chemin de terre s’en suivra pour rejoindre un endroit nommé « les dix chutes d’eau ». Nous découvrons rapidement que certains demeurent quelque peu frileux sur cette route. Alternant entre poussière dans les yeux et cassis (nommé « nid de veau » par Coline), la piste nous met à rude épreuve. Mais c’est sans bobo que nous arrivons dans la place !

Il nous est impossible de les voir d’en haut ! Seule solution : descendre vers la rivière. La région sort à peine de la saison des pluies et tous les chemins ressemblent à une patinoire de boue. Notre sentier n’en est pas exclu ! C’est en désescaladant que nous arriverons à trouver notre havre… une seule chute d’eau ! Et oui, pour voir les autres, il faut remonter puis redescendre d’un autre côté ! RAHHH trop la rage ! Mais ici, comme dans le reste du Laos, la journée se termine avec le soleil… Il nous faudra revenir le lendemain pour finir d’explorer et ce sera dans la nuit, sur un chemin chaotique et quelque peu désorienté que nous trouverons notre logis (Petite pensée pour Tiphaine qui s’en est bien sortie). Le village est tellement reculé, qu’il nous faudra trois tentatives pour trouver une bonne âme qui veuille nous servir à diner !

Au lendemain, troisième et dernière journée (pour les fesses également), nous revenons à nos dix chutes d’eau. Tous ? Non, Philippe à usé de son frein avant sur la piste… Plus de peur que de mal, mais ça valait le coup de mettre un petit commentaire et une photo.

Photo de Philippe « l’écorché »

20151027_092930_HDR

La douche de l’année. C’est ainsi que nous dénommerons la chute d’eau n°5.

DSC02031

Imaginez vous dans un brouillard dense, dans lequel les rayons du soleil font apparaître un arc en ciel complet autour de vous (du coup est ce un rond en ciel ?). Les gouttes d’eau projetées de la cascade inonde la vallée de son humidité. A peine avons nous posé les pieds sur l’herbe que ceux ci sont comme mis dans une rivière, le vent généré par la chute nous fais sentir comme sur la jetée d’un port le jour d’une tempête sans le goût du sel. En l’espace de 4 secondes passées dans ce nuage, je sens déjà les gouttes d’eau perlées le long du dos vers l’entre cuisse !

Pour plus de sensation et déjà trempés jusqu’à la moëlle, nous nous dirigeons vers l’arrière de la chute d’eau avec Cyprien ! Le bruit devient assourdissant, les rafales de l’eau nous font vaciller sur les rochers entourés de mousse.

Dégoulinant des cheveux aux pieds, nous rebroussons chemin. Par chance, nous n’aurons subit aucun dommage électronique dans cette épreuve mais nos chaussures mettrons plusieurs jours avant de sécher complètement !

Notre photo devant la chute d’eau

DSC02039

Sans d’autres encombres, nous retournons à Paksé après 380km, zéro roue crevée, une seule chute, 45 piqures de moustique, sept coup de soleil, et découvrons une ville préparée pour la fête annuelle ! Courses de bateaux, jetée de lampion au dessus du Mékong, concert… vive le karma !

 

 

4000 iles

Lien Photos 1 : 4000 iles

Lien Photos 2 : 4000 îles

Photos de nos hamacs face au Mékong

20151029_165314_HDR-2

Non, ce n’est pas que la chanson de Fauve, mais également un petit paradis sur terre. A la frontière avec le Cambodge, les 4000 iles, représentées majoritairement par l’île de Don Det et Don Khon, ont connue leur heure de prospérité sous le régime colonial. La France voulait établir le Mékong comme voie d’accès majeure pour alimenter l’ensemble du sud est asiatique. Cependant, les différentes cascade qui font obstacle doivent être contournés. Ainsi, un système de transbordement a été inventé pour permettre au marchandise de traverser par les terres les cascades situées au sud des iles. Les vestiges persistent et donne à ces îles leur aspect historique.

Autre cet aspect, nous découvrirons surtout un calme et une douceur de vivre remarquable. Notre auberge logées sur pilotis face à la rivière nous laisse apprécier les couleurs du lever et coucher de soleil. Ici, pas de voiture, uniquement quelques scooters et pirogue à moteur. Il est difficile d’imaginer ces délices. Sur des couchettes à la romaine, nous passons nos journées à déguster des jus de fruit saveur d’Asie, des plats aromatisé au lait de coco et curry, des parties de dés 10000, les copains pour rigoler, des boules de pétanque pour les nostalgiques, des tours de vélo pour visiter…

Nous avons ici retrouvé Christophe et Johanna que nous avons rencontré une première fois à Yangshuo en Chine lors de notre séjour volontaire. De plus, notre compatriote frontalier Philippe ainsi que la kayakiste Tabata et Maxime passent leur temps avec nous.

Sujet à ces tracas quotidien (lol), nous n’oublions pas nos vraies contraintes : le temps. Notre visa expire, nous devons quitter le pays ! Au revoir Laos, Bonjour Cambodge.

M

Publié dans : 07 - Laos | le 9 novembre, 2015 |2 Commentaires »

GRANDE NOUVELLE !

Bonjour à vous tous chers lecteurs,

En ce jour merveilleux, le temps se fige pour surprendre  ! En effet, nous avons une grande Nouvelle à vous annoncer…

Et oui le voyage c’est une combinaison d’imprévus et de bouleversements. En même temps c’est dans ce type de vagabondage que nous nous imaginions évoluer.

Ce qui nous amène à vous annoncer LE dit IMPREVU qui nous anime !

Pour tout vous dire, nous hésitions à en informer au préalable quelques proches qui nous sont chers… Et puis le problème étant celui ci : choisir à qui l’annoncer en premier, les décalages horaires, savoir la disponibilité de chacun, ce qui nous semblaient un casse tête insolvable! Heureusement, nous avons imaginé ce petit jeu pour susciter votre curiosité. Pas de jaloux et  tout le monde joue!!! (à part nos parents qui ont eu connaissance du secret, ils tiendront leurs langues! Interdiction de les harceler!!!!!!!!)

Alooors, nous voulons savoir, selon vous, quel est cet Imprévu ?

C’est parti, tous à votre clavier Azerty. Nous vous laissons à tous 3 jours, je répète 3 jours (jusqu’au 11/11 midi heure française) pour faire votre suggestion sur le blog ! et pour le fun, soyez créatif plusieurs réponses sont possibles !

La 2 ème surprise……Les 2 premiers à trouver triiiiiiiiiiiiilllllllllllaannnn (roulement de tambours) auront un petit cadeau !

Rien de gigantesque,  nos sacs étant remplis à raz bord et ils nous faut continuer à les transporter et ouii!!!!!

Sur ce, c’est avec joie, bonheur, chaleur et toutti quantti que l’on vous embrasse chaleureusement !!!

Co and Mat

Publié dans : Non classé | le 8 novembre, 2015 |18 Commentaires »

Tu verras Laos, dans la montagne…

Les contraintes du voyageurs sont les mêmes que tout à chacun le temps et l’argent. Le temps étant sous jacent aux visas, ceux ci nous pressent. Ainsi, nous n’avions que 15 jours au Vietnam, et nous voici donc arrivés au Laos → VOIR CARTE

Village de Muang Khoua

Nous débutons au nord est du pays en provenance de Dien Bien Phu. Notre premier arrêt est Muang Khoua. Nous n’avons rencontré dans notre minibus que des étrangers. Et pas des plus hétérogènes qui plus est : Nous sommes 7 français, un allemand, un taiwannais. Serions nous sur une route à touriste ? En fait non… nous arrivons donc dans ce petit village de Muang Khoua. Ici, le bitume est uniquement sur la route principale. Nous sommes prévenu que les distributeurs peuvent ne pas fonctionner… et les auberges pas très fréquentes. Une chose est sure, c’est une pure coincidence d’être dans ce mini bus qu’avec des étrangers. Ainsi nous faisons la découverte du Laos. Juste pour mettre en situation les néophytes que nous étions : 7 millions d’habitants dans le pays qui est presque aussi grand que la France métropolitaine. Cela laisse beaucoup de place à la nature… et nous nous en apercevrons bien vite. Dans notre premier village, nous trouverons un pont piéton suspendu avec planche en bois et métal rouillé…

pont laos

Photos Muang Khoua

Photos 2 Muang Khoua

Ici nous resterons le temps de dire le nom de la ville mais déjà nous faisons des découvertes incroyable, tel que l’écriture laosienne, qui est digne d’une œuvre d’art. Cela se complique lorsqu’il faut commander quelque chose à manger au restaurant. Nous finissons toujours par réussir à nous faire comprendre ou pas… Dans tous les cas nous mangeons, pas d’inquiétude.

De Muang Khoua à Nong Kiaw en pirogue

DSC01317.1

Lien photos 1 : En pirogue vers Nong Khiaw

Lien photos 2 : En pirogue vers Nong Khiaw

Nous sentons la douceur de la vie qui s’anime au rythme du court d’eau. Avec Philippe, compatriote de passage de frontière, nous choisirons la rivière Nam Ou pour rejoindre le village de Nong Khiaw en pirogue. Cinq heures durant, nous serons dans la jungle, sous le soleil brillant et cuissant notre peau non préparée à ce type de climat. Dans l’embarcation, la barre est à l’avant du bâteau, nous laissant les places arrières avec le moteur… et son bruit. Le silencieux n’existant pas, ce n’est pas la faune que nous trouverons le long du fleuve, mais d’autres autochtones, sortis de nul part de la jungle. Au moment où nous pensons être seul au monde, un fumée blanchâtre se lève à travers les arbres. La vie du pays se déroule principalement autour des fleuves et rivières ici. Passé le détour de la rivière, un couple et ses enfants attendent le bateau pour rejoindre le village en contre bas. Tout se déroule sans stress aucun. Le leitmotiv du pays semble être : Pas d’inquiétude, tout va bien se passer. En tout cas, nous sentons la détente à chaque coin et recoin.

Village de Nong Khiaw

LIEN PHOTO NONG KHIAW

Nous voici arrivés depuis deux jours et nous nous sommes complètement acclimater à sa vitesse. NB : le jour se couche à 18h, ce qui n’est pas sans contraintes pour des occidentaux, comme nous, qui seraient plutôt couche tard. Si le soleil se couche tôt, il se lève également tôt et les coqs ne manquent pas de rappeler qu’il est l’heure de se lever. 6H du matin nous serons réveillés, même si nous avons un chambre très confortable avec vue sur la rivière et le hamac qui va avec, nous peinons à nous réveiller. Quelques jours passerons avant que soyons repus de cette ambiance dilétante. Il est temps de réveiller nos corps endormi par trop de farniente.

3 jours de kayak vers Luang Prabang

DSC01541.1

LIEN PHOTO 1 : DESCENTE EN KAYAK

LIEN PHOTO 2 : DESCENTE EN KAYAK

Le Mékong descend le pays de tout son long sur le côté ouest. Arrivant de l’est, nous le rejoindrons par la rivière Nam Ou. Le Mékong célèbre pour avoir participé à plusieurs films à son insu relatant la première et la deuxième guerre d’Indochine, il l’est également pour avoir été le centre névralgique de transport lors de l’occupation française. Trop d’histoire à raconter en si peu de ligne. Je vous laisserai le découvrir ailleurs. En ce qui nous concerne, nous partons avec Philippe, Tabata (nouvelle française rencontrée) ainsi que Andy et Richard (Irlandais et Anglais) pour 3 jours de kayak en direction de LA ville du Laos, Luang Prabang. Le guide nous annonce un peu de courant en raison de la saison des pluies qui se termine. APARTE : la saison des pluies pour ceux qui n’ont jamais eu l’occasion de la vivre, c’est comme prendre une douche tout habillé (si tu as le malheur d’être en dessous), ou bien comme un laché d’eau de barrage pour retrouver la rue innondé jusqu’au genou, ou bien être dans une tente et savoir pertinament que la tente prend l’eau (ce qui est le cas de beaucoup de maison). En parole de breton, je dirai que je connais la pluie et les tempêtes, mais la saison des pluies n’a rien de comparable. Nous avons des amis qui ont subit de tellement forte qu’il ne pouvaient plus circuler dans le pays. Uniquement attendre était leur action. Ainsi, nous nous retronvons munis de 2 pagaies, d’un kayak, et des 2 sacs étanches. En tout quiétude, nous descendons, plein d’entrain, avec quelques appréhensions après notre expédition à cheval de Mongolie. Cependant, nous n’aurons aucun encombre. Mise à part un petit flip over (chavirement) où notre plus grosse crainte fût la perspective de s’apercevoir que le sac étanche contenant les appareils électronique ne l’est pas… mais il n’en fût rien. D’ailleurs, nous ne serons pas les seuls car même le guide pris un bon bain. Dans notre descente nous dormions dans de tous petits villages (un cinquantaine de famille) et mangions avec eux. Ici, il faut manger avant 18h car il n’y a pas d’életricité. Les poules, coqs, canards, oies, cochons se baladent en liberté. Notre interrogation était : comment font il pour savoir qui est à qui ? Peut importe, une poule est une poule diront certains. Il est vrai que l’ambition capitalistique paraît dénuée de sens lorsque le matin tout les hommes partent en même temps travailler dans les rizières. Nous aurons tout de même la seule batterie et ampoule de tout le village pour apprendre à Andy et Richard comment jouer au jeu de carte « trou du cul » (très connu des voyageurs). Nos couchettes sont très rudimentaires, mais tant qu’il y a une moustiquaire, la fatigue de la journée nous aidera à bien dormir, en attendant le chant du coq du matin. Un dicton dirait, « si tu vas au Laos, n’oublie pas ton chapeau ». Quand le soleil chauffe, il brule. Même l’eau ne saurait nous raffraichir. Mais nous devons descendre notre rivière. 110 km en 3 jours. Heureusement pour nous le courant, au-delà de nous faire chavirer, nous aide dans notre tâche. Car le soleil quand à lui nous accable et nous prennons de sévère coup de soleil pour celui qui laisse apparaite un semblant de peau blanche. Mais qu’importe ces petits désagréments, nous nous laissons couler dans un décors digne de jurassic parc (sans les dinos) et ne manquons pas de nous émerveillés d’entendre divers animaux et de voir des pêcheurs rémonter le courant à la rame. Lorsque nous toucherons notre but, un verre d’alcool à base de riz et agrémenté d’un serpent cobra et d’un scorpion sera notre récompense. En vérité, c’est pas très bon, mais suffisamment exotique pour que j’en mette une ligne.

Ville de Luang Prabang

DSC01725.1

LIEN PHOTO 1

LIEN PHOTO 2

Cette ville n’est pas la capitale du pays (Ventiane), mais elle recèle le plus de joyaux. La multitude des temples bouddistes ainsi que les traditions préservées en font la ville la plus visitée au Laos. Ici, nous trouverons notre bonheur de français. Petit déjeuner, pain au chocolat, croissant, pain beurre (que l’on sale soi même), mais aussi, du jambon, du baccon… bref, tous les vestiges de la colonisation française. Le vice étant même jusqu’à trouver des menus en français et autres indications de direction, ainsi qu’un panneau indiquant le partenariat avec la région centre ! Tout cela nous laisse croire que nous nous trouvons un peu en France, avec le fromage en moins. Nous tarderons dans cette ville qui recèle mille mystères. A commencer par l’aumône des moines qui a lieu chaque matin aux aurores. Dans la ville, plusieurs procéssions de moines circulent pour récupérer les offrandes des fidèles agenouillés sur le trottoir. Ces dons sont principalement de la nourriture (riz collant). Les temples tous plus beaux les uns que les autres, les cocktails de fruits (sans alcool), dont le goût n’a rien de similaire en France, sirotés sur les bords du Mékong à l’ombre des palmiers… Tout ce temps passé sera suffisant pour que nos amis de Yangshuo nous retrouve. Pauline et Akyo sont également arrivés dans cette ville accompagnés des parents de Pauline. Quels bons moments de se retrouver dans le voyage. De plus, nos expériences dans chacun des pays nous font découvrir le régime des fruitivores et autres crudivores, les régimes à base de fruits… Qui sait, peut être un peu plus tard dans le voyage nous l’expérimenterons. Cela dit, il faut savoir que la viande n’est pas présente dans tous les plats. Un autre frein à sa consommation est que la plupart du temps elle n’est pas bonne et qu’en plus les plats avec viande coutent généralement 2x le prix d’un plat végétarien. Sans transition, lorsque l’on serpente sur les cours d’eau, il n’est pas rare que de magnifiques chutes d’eau se mettent sur votre chemin. C’est le cas à Luang Prabang.

DSC01621.1

Nous nous retrouvons donc dans un lieu surréaliste où la couleur de l’eau fait penser à une piscine. Batifollage, saut du plongeoire tronc d’arbre et magnifiques cascades à répétition. Mis à part les touristes nous environnant, nous sommes dans un véritable paradis. Tout en haut de ces chutes d’eau figure la cascade majestueuse. Elle impréssionne tant par hauteur que par le volume d’eau qui permet allègrement de nous arroser sans modération. Qu’importe, avec la chaleur qu’il fait, nous séchons en 5 minutes. Nous terminerons cette journée des plus exceptionnelle en retournant dans un endroit fétiche de Luang Prabang pour les backpackers que nous sommes. Près de la rivière Utopia, un bar à l’occidental mis aux couleurs local nous permet de savourer de délicieux cocktail de fruit devant une rivière en décrue. Devant nous passent des barques de courses. Dans 15j se déroule ces courses lors de la pleine lune. Peut être auront nous l’occasion d’en apercevoir. Cela fait maintenant une semaine que nous sommes arrivés dans cette ville qui à tendance à engluer les voyageurs… Il est temps de nous bouger.

Ville de Vang Vieng

Lien Photo tubing

Je me souviens encore Jojo et Fanny nous raconter leur passage dans cette ville, qui n’est pas du tout typique. Malgré leur mise en garde nous nous sommes résolu à nous arrêter… Trop d’heures de bus pour une seule fois (nous sommes déjà à 460h dans les transports depuis le départ). Vang Vieng est connue pour être une ville de fête pour touristes étrangers. Ici une rivière passe à côté de la ville. L’attraction principale est la descente de cette rivière dans une bouée (type chambre à air de roue de tracteur) en passant par les différents bar posés sur les rives. Bien évidemment, nous nous sommes laissés tentés. En compagnie de nos accolytes de passage de frontière que nous avons retrouvé (Tiphaine, Sandrine, Florine et Cyprien) et de deux québecquois (Kevan et Emily), nous descendrons donc cette rivière. Suite à plusieurs morts dans cette descente les autorités ont fermés un grand nombre de bar et d’attractions présentent le long de la rivière. Aujourd’hui, l’ambiance demeure plutôt sage et même si l’on peut aisément finir très éméché, le risque est très faible de se noyer. Pour donner un aperçu de l’ambiance, à peine étions nous arrivés que nous nous voyons proposés un shooter d’alcool de riz. Ainsi, nous passerons une bonne partie de la journée à boire des bières effectivement mais également à jouer au volley, basket, pétanque avec nos amis descendeurs, accompagnés de japonaises demeurant incrédule devant ces boules. Nous finirons la descente en très bonne santé (sans contusion aucune) et dans les temps (c’est à dire avant la nuit). Rincés de fatigue, nous prenons nos billets pour le sud du Laos, direction Paksé. Nous avons choisi de ne pas aller à la capitale, le Laos, c’est la nature avant tout. Encore 17h de bus…

M

Publié dans : 07 - Laos | le 30 octobre, 2015 |6 Commentaires »

Redécouverte d’un petit bout de France :le Vietnam

le Vietnam sera notre premier point de chute dans cette ancienne Indochine. S’étirant de tout son long aux berges de la mer méridionale, nous privilégions de suivre la mer durant notre séjour . En effet, le temps du sevrage maritime est révolu. Le breton qui m’accompagne peut à nouveau s’enivrer d’embruns salés et apprécier cette immensité azurée qui lui manquait tant. Le tout, disons le, avec une bonne poignée de degrés en plus, détail non négligeable et si souvent absent en Bretagne. Que le lecteur breton me pardonne cet affront !

Donc c’est dans une ville côtière proche de la baie d’Along que nous faisons halte. Brillante par son absence dans les guides, la ville de Cam Pha a su garder toute son authenticité, ainsi nous préservant des myriades de touristes affamées de pains de sucre flottants.

Nous finirons par dénicher un hôtel très bon marché. Nous logeons au 5ème étages dans une immense chambre ayant vue sur la Baie, s’en est presque insolent.

china debut vietnam coline 456

Dès le lendemain, nous allons au petit port local. Une dame accepte de nous faire visiter la baie dans sa propre jonque pour un prix proche du ridicule. La chaleur est écrasante sur terre tandis qu’en mer une légère brise viens rafraîchir nos corps tiédis pour notre plus grand plaisir. La ballade est plaisante, nous naviguons à travers un village flottant pour enfin arriver aux pieds des majestueux pains de sucres. Le jeu en vaut la chandelle, nous sommes émerveillés par cette splendeur.le paysages prend des allures oniriques sortis tout drois des contes asiatiques.

Étant seuls à bord, nous prenons notre temps s’essayant même l’un après l’autre à manœuvrer la jonque… En vain, nous ferons du « sur place ». Cette technique si singulière nécessite un entraînement intense. Même pour le fier breton incarné en la personne de Mathieu, il s’avouera dépassé, laissant la place de Capitaine à notre instructrice.

Nous continuerons à profiter des découvertes de cette ballade comme par l’Ostréiculture locale. Nous récupérerons assez d’huîtres pour en saliver d’avance dans la projection du déjeuner qui nous attend . Une fois amarré au petit port, c’est l’heure des affaires. Pêcheurs et acheteurs négocient placidement les fruits de mer péchés dans la matinée. De notre coté, nous sirotons un jus de canne à sucre fraîchement pressé en tentant d’ouvrir notre butin. Nous attirons vite l’attention, car ici les huîtres ne se mangent pas crues mais chaudes. Un voisin nous proposera de les laver et de les cuire tandis qu’une autre ira nous acheter la soya sauce, le wasabi et le citron qui servira d’assaisonnement.

C’est tous ensemble que nous nous délecterons de ces merveilles de la mer. Néophyte dans cette préparation culinaire, nous avions peur d’être déçu. Il n’en fût rien, faisant fît du raisonnable de rigueur, nous en engloutirons une trentaine chacun ! Repu, nous optons pour une sieste.

Ce soir est la fête de la mi automne, nous avons rdv avec un local qui souhaite nous faire visiter la ville. Ne le voyant pas arriver, les voisins nous invitent à partager leurs repas de fête. Nos hôtes vivent très modestement leur maison à une grande pièce séparée en 2 parties égales servant de cuisine et l’autre de chambre à coucher. Le repas est frugal mais savoureux. Nous échangeons quelques phrases grâce au plus jeune qui parle un anglais sommaire. Ils ne ferons pas la fête ce soir le père est pêcheur et nous dit être fatigué, préférant y aller demain dans la journée. Nous remercions nos hôtes pour cet accueil chaleureux et nous nous dirigeons dans la ville. Nous ne passons pas inaperçu et c’est au détour de ruelles que nous nous faisons inviter à trinquer en l’honneur de cette fête. La tablée contient tout le voisinage, nous ne pouvons refuser. Cependant, très rapidement les effets de l’alcool se font ressentir. La tradition exige que l’invité trinque avec toute la tablée. En l’occurrence ils sont une quinzaine et l’alcool est à 50°C…Dans ces conditions je vous laisse imaginer les effets de l’hospitalité vietnamienne….Nous ne resterons donc que peu de temps et partons très éméchés à la découverte des autres rues. À quelques pas, un karaoké s’improvise devant une centaine de personnes assises sur leurs scooters ou attablé. Car ici pour être dans la tendance, la pratique du karaoké est l’accessoire indispensable. On nous propose donc de chanter. N’étant pas familier avec le karaoké en France, ici nous acceptons avec plaisir. C’est encore une occasion de découvrir un nouvel aspect du pays. Nous devons trouver une chanson facile à chanter. C’est donc sur l’air des Champs Elysées de Joe Dassin que nous pousserons la chansonnette de manière déplorable. Qu’importe tout le monde est ravis, nous couvrant de guirlandes de Noël et de fleurs fraîches. Puis s’en suivi la séance photo avec tous les enfants etc Le tout accueilli avec de multiples présents ananas gâteaux bières etc. Cette fois il est vraiment temps de rentrer. Ce fût une excellente soirée avec les locaux l’une des meilleurs depuis La Mongolie.

Nous décidons à regrets de quitter cette ville. N’ayant qu’un visa de 15jours le temps nous est compté. Lorsque nous partons nous croisons quelques jeunes ravis de nous montrer que nous sommes sur les photos de leurs facebook ……!

Nous souhaitons rejoindre l’île de Cat Ba et devons y retrouver nos amis cyclistes rencontrés en Chine, j’ai nommé les grands pédaleurs : Marion et Antoine.

 Liens PHOTOS BAIE CAM PHA

Liens 2 Photos Baie along et cam pha

L’île de Cat Ba

20151003_124458_HDR

Située à la comissure de la baie d’Along, L’île de Cat ba se caractérise par son front de mer animé et une végetation luxuriante préservant une flore et une faune endémique.

Après un échec cuisant sur notre premier point de chute sur l’île, nous trouvons le lieu idéal. Economique, propice aux rencontres, et propre, cet hotel convient davantage à nos attentes. Ici nous mangeons pour 4€ à 2, louons des scooters pour 2€ la demi journée et avons 3 superbes plages où nous prélasser. L’orsque la nuit s’étend sur l’île nous profitons de la fraîcheur pour quelques virées nocturnes. 2 jours plus tard nos accolytes sur pédales arrivent sur l’île, épuisés par les cotes . Afin d’arriver au plus vite ici, c’est plus de 100kms qu’il ont parcourus par une chaleur digne d’un four à pain. Ravis, nous passerons une excellente soirée tous ensemble.

Le lendemain, Antoine et Mathieu échauffe une escapade dans les ilôts environnants en kayak. Le plan est simple et binaire, louer des kayaks pour 2 jours et camper sur une île deserte. Une fois le tour des loueurs de kayak fait, l’affaire semble plus complexe. Les agences que nous trouvons semblent ambivalente et frileuses à notre projet. Ils ne nous affirment pas qu’il est possible de camper sur les îlots pourtant désert, mais nous proposent un pack spécial touriste dans la Baie…. S’en ai trop, nous rencontrons un vietnamien parlant un français correct qui nous aide gracieusement à organiser ces 2 jours.

Donc une fois nos sacs packtés, nous partons naviguer au grès des flots !Aujourd’hui cela fait 4 mois que nous voyageons, le spot est idéal pour fêter ça ! On se sent bien plus libre que les touristes amassés sur les bateaux. On accoste sur la monkey island pour déjeuner. Le Pic nique du midi se compose de sandwichs à la vache qui rit, banane,bière… soleil, sable fin, cocotiers, le tout entre amis brefff nous couvons un bonheur certain…Nous repartons à la conquête d’un îlot perdu et plantons les tentes..c’est au rythme des flots que nous nous ensomeillons.

Photos de nous sur monkey islande

Une tempête est annoncée pour le lendemain, il est temps de ramener les kayaks a leurs propietaires qui doivent préparer leurs infrastructures pour la tempête.

Nous quitterons l’île le jour suivant ainsi que nos amis. Direction Hanoi !

 liens PHOTOS ILE CAT BA et KAYAK

Hanoi

 hanoi

Capital marquée par la colonisation française, Hanoi a hérité d’une architecture à la française délaissant ainsi les plantureuses structures bétonées . Le cœur d’Hanoi, bien qu’étouffé par les milliers de scooters, a su maintenir un centre ville à taille humaine lui attribuant un charme harmonieux. Le reliquat culinaire français se defini par la découverte de délicieux croissants et autres patisseries ainsi que la dégustation de sandwich au paté.

Nous passerons seulement 2 jours ici regrettant d’être pris de court par l’échéance de notre visa .

C’est à bord d’un sleeping bus de 10h que nous rejoindrons La ville de Dien Ben Phu se situant au nord-ouest du pays près du Laos.

Le trajet fut confortable car le chef du bus amusé à dialoguer ensemble, nous prend sous son aile. Cependant pour s’abstenir d’élaborer tout scénario catastrophe, mieux vaut détourner le regard de la conduite douteuse du chauffeur…….

A 5h 30 du matin nous arrivons. C’est officiel, notre sommeil fut trop bref pour que l’on en reste là. Nous nous affalons 4h durant, dans la chambre d’un petit hotel.

 Liens photos Hanoi et sleeping bus

2eme liens photos Hanoi

Dien Ben Phu est effectivement une étape propice à ceux qui désirent se diriger vers le Laos, mais c’est aussi un lieu marqué par son histoire. Ici, eu lieu la cuisante défaite des colons français. Trop orgueilleux pour imaginer les failles d’un plan de bataille soit disant parfait, les français perdent cette bataille et par ricocher l’Indochine.

2 semaines ont passées et nous devons quitter le Vietnam où nous gardons d’excellents souvenirs …

Laos nous voilà !

C

Publié dans : 06 - Vietnam | le 23 octobre, 2015 |12 Commentaires »

Et nous voici au Ganxi

Province du Ganxi

 

Je vous ai promis des explications sur notre secret pour rallonger notre voyage ! Voici notre méthode.

Pour rappel, nous sommes actuellement au Vietnam, et je vais vous ramener par un saut temporel il y a un mois et demi d’aujourd’hui.

Dans cette histoire, nous nous trouvons à Shangri La, autour d’une bière (ou plusieurs) en train de nous questionner sur la suite du voyage… Pénisule du Sud Est ou direct vers l’Inde ? Notre couple français, Eric et Véronique nous aiderons dans notre choix de partir à la découverte de nos anciennes colonies. De plus, leur faisant part de notre inquiétude sur notre budget ceux ci nous répondent : « Pourquoi vous ne faites pas du work away ou du help X ? »

 

Et nous voici arrivant dans le Ganxi par train (ce coup ci couchette à 3 niveaux et plutôt confortable). Dans notre tête, une seule idée nous trotte : « que vont ils attendre de nous ». Traduisez par : quel job allons nous faire en échange de logement et de nourriture ? Car ici réside le principe du Work Away ou du Help X (deux sites de mises en relation entre volontaires et hôtes). Nous avons trouvé un hôte dans la ville de Yangshuo dans le Ganxi. Cette ville est sur notre itinéraire et Coline, une fois mise au parfum de ces systèmes, s’est empressée de rechercher un endroit convenable. Notre lieu Sudder Street Hotel. Encore une fois les transports n’auront pas été d’une simplicité enfantine… Train, bus, tuc tuc… et voici notre salut. Dong Dong et sa femme sont là, sur le pont, pour nous accueillir chaleureusement. La chaleur, l’humidité et les sacs à dos nous font suer comme jamais ! Qu’importe, nous y sommes.
20150906_152631_Pano

 

 

Sudder Street Hotel in Yangshuo

 

La ville de Yangshuo, près de Guilin, est connue pour être le repère de tous les amoureux de la nature. Ici, plusieurs montagnes sortent de terre pour se retrouver parées d’un manteau de verdure. La ville tente de trouver une place entre ces pics rocheux et la rivière qui serpente entre eux. La vie semble douce dans cet endroit que l’on pourrait qualifier de paradisiaque. Je ne le dirai jamais assez, Coline a eu le nez fin pour trouver ce lieu.

 

A notre arrivée dans l’auberge, qui se trouve un peu excentrée de la ville (dont même les taxis ne connaissent pas l’adresse ni le nom), nous figurons parmi les quelques voyageurs aventuriers (au total 6), dont un couple de français. En tant que volontaire, nous sommes sous le coup d’un régime strict : on ne paie pas la nuit, on mange le repas de midi et du soir avec les autres volontaires (gratuit) et on prend deux jours de repos pour commencer parce que le voyage à été long depuis Kunming ! Et je n’exagère pas. En contre partie, nous intégrons un système d’équipe avec un jour nous devons faire la cuisine pour les autres volontaires (midi et soir), un autre jour nous faisons une sortie avec les clients afin qu’ils découvrent la ville et ses alentours. Bref, nous sommes super bien tombés.

 

china debut vietnam coline 351

De Gauche à droite de haut en bas :
Christophe, Antoine, Marion, Akio, Pauline, Coline, Johanna, Mathieu

 

Akio et Pauline

Lorsque nous arrivons dans l’auberge, ce couple y est déjà présent. Tout se passe comme si nous nous connaissions depuis toujours. Nos amis travaillent en Suisse, à Genève. Une fois les blagues passées en revue, nous découvrons moultes atomes crochus, notamment l’escalade… c’est une histoire ci dessous. Voyageurs au long cours, ils attendent leur nouvelle carte bancaire suite à une histoire de piratage ! Ici se trouve le nœud de leur histoire.

 

Christophe et Johanna

Troisième couple de français à débarquer dans cette merveilleuse auberge. Akyo et Pauline les auront découverts dans le restaurant fétiche de Johanna « Le meilleur indien de la Chine ». Après une (ou plusieurs) nuits passées dans une auberge médiocre dans le centre de la ville et le réveil par des marteaux piqueurs, nos compagnons sont venus s’isoler dans le calme. Leur plan de voyage : Ganxi, Yunnan et Sichuan. En gros notre chemin mais inversé.

 

Antoine et Marion

Plusieurs jours se passeront avant leur arrivée. Johanna connaissant la sœur de Marion, celle ci donnera l’adresse de notre fameuse auberge. Voyageurs à vélo, Antoine est parti depuis la France sur sont vélo couché voilà un an et demi. Son premier stop fût chez la sœur de Marion. Marion a ensuite rejoint Antoine au Japon. Et c’est depuis qu’ils circulent de pairs.

 

LIEN PHOTOS TV MONTAIN

LIEN PHOTOS 20 YUANS VIEW

 

Une fois les présentations faites, vous apprendrez, chers lecteurs, que nous sommes tenus au secret de quelques méfaits survenus lors de notre séjour à Yangshuo. Cependant quelques uns peuvent être dévoilés.

 

La découverte des lieux mythiques tel que la TV Montains surplombant la ville et son fameux magasin au pied, dans lequel nous trouverons l’alcool de riz. (NB : De 30° à 60° pour ½ litre à 10 yuans soit 1,3€). A deux pas de ce lieu, nous trouvons le marché local, avec à disposition, mort ou vivant, des chiens, des chats et des rats… l’idée de devenir végétarien se fait fort ressentir à la vue des chats dans la cage et du chien mort sorti du bidon d’eau bouillante pour faciliter l’épilation. La cuisson demeure plutôt surprenante : au chalumeau ! Tel sera le sort du rat devant nous.

 

Bref, notre lieu nous réserve chaque jour des surprises. Ainsi, faisant un tour organisé par notre ami volontaire Mao Mao, nous découvrons la LI RIVER et la fameuse vue présente sur le billet de 20 yuans

schina debut vietnam coline 240

Devant le passage incessant des touristes chinois qui, assis sur les bamboo boat (en plastique), nous prennent en photos, nous savourons le cadre de cette rivière plus importante que la Loire. La Li River n’est pas la seule. Nous prendrons plusieurs fois des vélos mis à disposition pour rejoindre la Yulong River, bordée de champs de riz. Cette atmosphère nous rend buccolique et les soirées animées autour d’un Uno « amélioré » avec un punch local nous fait nous sentir à la maison. Les discussions vont bon train, allant de la nourriture française qui demeure notre sujet de discussion privilégié à la construction des châteaux forts et de ses créneaux (NDLR : cela fut le sujet de rassemblement à mon encontre). Christophe ayant apporté une guitare avec lui, nous nous retrouvons à pousser la chansonnette. La variété musicale est à son paroxisme, depuis la chanson française, en passant par un rock anglais puis une chanson paillarde… Nos amis chinois seront ravis ! Encore une fois, qu’importe le flacon, tant qu’il y a l’ivresse.

 

Le job de volontaire

 

Bon, ce n’est pas le tout, nous devons tout de même travailler quelque peu. Une de nos deux missions : faire la cuisine. Easy ? Pas tant que cela. La première étape est de déterminer ce que nous mangerons. A savoir qu’il n’y a pas de four, uniquement des poëles, dont une seule à fond plat. La cuisson pour les chinois est principalement réalisée en friture, que ce soit les légumes ou les os avec la viande… Une fois le plat décidé, nous devons trouver les ingrédients dans les marchés ou la plupart des produits nous sont inconnus ! Enfin, le budget. Nous avons 5 yuans (0,8€) par personne par repas. Nous nous cassons vraiment la tête, mais ca vaut le coup. D’autant plus que nos amis nous donne un petit coup de main et nous aident à choisir les plats qu’eux aussi pourront déguster. Au global un petit air de France sera arrivé jusqu’ici. Une purée maison, poisson à la mangue, ratatouille, purée de carotte, tortilla et nous avons également eu l’occasion de faire un barbecue !

 

En ce qui concerne notre deuxième job, il s’agit d’organiser des tours pour les autres touristes. Le choix est rude, car il y a vraiment beaucoup de choses à faire et à voir. Ainsi, lorsque nous planifions les sorties, nous demandions à nos amis où souhaitaient ils aller ou voir. C’est ainsi que nous découvrons la région en même temps que les autres touristes. Découverte de la secret beach qui borde la Li River, tour en vélo dans les rizières. Le top du top sera la sortie escalade que nous organisames avec Akyo (qui ne faisait pas de job volontaire mais qui adore l’escalade).

LIEN PHOTO ESCALADE 1

LIEN PHOTO ESCALADE 2

Nous renouvellerons l’expérience le lendemain en compagnie de nos amigos. Quel délice que cette nature. L’ultime détail sera de se prélasser dans la piscine de l’auberge en observant les montagnes environnantes.

 

20150915_153632_HDR
Je grimpe Akio assure

 

Toutes les bonnes choses ont une fin. Ainsi, notre opération « Save Money » à fonctionner à merveilles et mieux encore. C’est avec 6 nouveaux amis et d’innombrables souvenirs, un staff que nous qualifions d’exceptionnel, des découvertes gustatives et linguistiques, des tonnes de photos, une blessure au mollet, la liste incomplète des 7 nains et des pâtes (anecdotes à raconter au retour).

 

A la suite, Akio et Pauline ont dû partir vers Hong Kong récupérer leur carte bancaire après 10 jours d’attente, Christophe et Johanna ont annulé leur périple dans le Yunnan par manque de temps (à cause de 15 jours à Yangshuo), Antoine et Marion repartent à vélo vers le sud de la Chine. Nous nous retrouvons seul dans l’auberge, abandonné de tous. Le jour de notre départ, toute l’équipe de Sudder Street est sur le pont, une chanson nous est donnée. Satané moment où une petite larme pointe au creux de l’oeil.

 

20150920_083925

 

 

Guilin – Rice Terrace Dragon’s Bones → Lien vers Photos

 

Et notre cavalcade continue. Direction le nord du Ganxi à Guilin et plus particulièrement dans la petite ville Ping’An. Nous retrouverons nos amis Christophe et Johanna qui font halte également dans une auberge avec vu sur les terrasses de riz.

Ici, nous sommes quelques peu dans le rush. Plus beaucoup de temps afin l’expiration de notre visa.

Nous vous laissons apprécier les photos peut être un peu trop nombreuses, mais le paysage en valait vraiment le coup.

 

20150921_132315_Pano

 

 

Dernière étape avant de quitter la Chine : Nanning

 

Nanning, vous n’en avez probablement jamais entendu parler, nous non plus avant notre arrivée. Petit détail, 7M d’habitants ! Pour trouver un refuge dans cette jungle nous faisons appel à notre ami booking.com qui nous trouvera une chambre avec vue sur la rivière pour moins de 10€ à 2… De là nous profitons des bien fait des grandes villes : Mc do et compagnie. Non je rigole, juste la frénésie d’une ville qui semble ne jamais dormir. Nous en sommes en plein cœur et à toute heure du jour et de la nuit nous pouvons trouver ce que nous désirons. Coline saura très bien en tirer parti. Nous trouverons un brin de fromage dans le wall mart du coin. Cette ville transit sera notre ultime étape pour rejoindre la frontière.

 

Après deux mois en Chine, nous semblons changés. La Chine possède des aspects que nous ne soupçonnions pas. Un brin nostalgique après tous ces moments passés à galérer devant les menus des restaurants et autres stress au moment de prendre un bus ou un train, mais également l’émotion devant tant de splendeur de la nature, des batiments ou des chinois.

 

Au poste frontière, nous sommes les seuls étrangers. Nous avons choisi l’option « bord de mer » à Dongxing pour accéder au Vietnam. Coline montre et démontre son stress légendaire. Chaque garde nous demandera notre passport, et nous furent même dirigé vers « un petit bureau sur le côté » pour avoir… notre numéro de téléphone ! Des surprises jusqu’au bout.

 

 

Tchao China, hello Vietnam –> Vidéo frontière à pied

 

M

 

Publié dans : 05 - China | le 7 octobre, 2015 |12 Commentaires »

Ici Yunnan !

Back to Yunnan !

 

Nous avons fini notre séjour en Chine… Et pourtant, nous ne vous avons pas encore dévoilé la plupart de nos découvertes.

 

Avant de commencer notre récit, laissons nous vous annoncer notre nouvelle : Nous rallongeons notre voyage et changeons nos plans !

 

Ainsi, ayant constaté que le Tibet est une région très contrôlée ou la libre circulation est inconnue, que nous ne trouvons pas suffisament d’info sur la Népal d’après le tremblement de terre, nous décidons de prendre l’avion pour rejoindre l’Inde. En fouillant de ci de là sur le net, nous constatons que les billets d’avion au départ de certaines villes comme Bangkok sont clairement moins cher. De plus, la rencontre avec deux français dans la ville de Shangri La nous incite à rencontrer la population de l’Asie du sud est.

 

Donc en résumé, après plusieurs apéro, plusieurs heures de discussion, nous rallongeons notre voyage ! Prochain pays visé : Le Vietnam.

 

Il devrait s’en suivre le Laos puis le Cambodge, la Thailande (pour noël) et peut être un saut Birman si le budget et les élections sont OK, avant de rejoindre l’Inde ! Avis aux amateurs pour ceux qui veulent nous rejoindre dans notre périple plutôt planifié !

 

Voilà pour l’intro… J’imagine ce que certains peuvent se dire : Quelle chance de s’augmenter son propre voyage sans demander l’avis à son boss, mais, puisqu’il y a toujours un mais, comment vont ils financer leur expédition ? Réponse dans le prochain article

 

En attendant, nous voici dans la province du Ganxi à écrire l’article concernant le Yunnan. Pour ceux qui n’ont pas la géographie de la chine en tête nous mettons rapidement un nouveau lien pour indique ou nous nous trouvons.

 

 

Shangri La (La haut à 3300m) –> Photos Shangri La

 

Nous arrivons dans le Yunnan par le nord du pays, au sortir du Sichuan tibétain dont les routes sont plus qu’à laisser désirer ! La durée des trajets doublés… Nous arrivons une fois de plus dans la ville à une heure impossible. Notre premier contact avec la ville est le pavé glissant car mouillé sur lequel nous manqueront plusieurs fois de nous casser la figure. La musique dans les bars nous embaume dans la nuit et nous ne trouverons qu’avec difficulté notre auberge non réservée… Shangri La est une ville très touristique. Ici, c’est la vieille pierre et vieux bois que vient chercher le touriste chinois reclu dans les tours des nouvelles villes en expansion. Cependant, nous ne trouverons notre véritable refuge que le lendemain, car à la lumière du jour la médiocrité de l’auberge dans laquelle nous nous sommes réfugié, est de plus en plus visible.

 

Notre auberge, Tavern47, correspondra beaucoup plus à notre attente. Non par son nom pillier de comptoir, mais par l’ambiance chalet avec le poêle chaud et laissant le froid sur le pas de la porte, nous inspirant une atmosphère montagnarde. Il ne manque plus que la fondue… mais sans fromage ! Nous commençons à apprivoiser nos sens pour qu’ils omettent les plats français lorsque nous devons passer à table. Le Yunnan est bien riche en denrée, et principalement en piment. Tous les plats y sont garnis, plus ou moins. Sachant que l’on vous demande si vous souhaitez ou pas du piment, dites toujours non, car ils en mettent de toute façon !

 

La ville ressemble bien à l’idée que l’on se fait des petits villages de Chine. Cela perd tout de même un peu de charme lorsque l’on apprend que le centre ville à pour moitié brulé l’an passé ! Qu’importe, nous avons besoin d’une pause dans notre parcours après moulte péripéties dans nos transports.

 

Les batiments majeurs demeurent indemne. Ainsi le monastère implanté sur la bute de la ville domine celle ci majestueusement grâce au moulin à prière le plus grand du monde. Il ne faut pas moins de 15 personnes pour que celle ci daigne se mouvoir !
20150825_152123_HDR
Les collines voisines, elles aussi possèdent chacunes leur petit ou grand monastère. Ici, pas de doute nous sommes imbibés de bouddhisme. Cependant, si le doute persiste, lorsque l’on passe sur la place centrale à 19h le soir, vous aurez un aperçu de leur danse traditionnelle ou ils tournent en rond.

 

Notre décision de changement de plan se fera à la table de cette auberge en sirotant la très célèbre bière chinoise Shangri La, faite par des suisses ! Plusieurs d’entre elles aideront notre choix, ainsi que quelques gorgées de liqueur de vin dont nous ne sauront pas la provenance. Qu’importe le flacon tant qu’il y a l’ivresse !

 

Sur ces sages décisions, nous estimons que le temps où nous avons eu froid est révolu. Il est maintenant temps de rejoindre les régions chaudes du sud

 

 

Tiger Leaping Gorge

 

Des descriptions de cette gorge nous ne pourront en faire de plus succintes. Il fait froid, il pleut des cordes, la randonnées la plus spectaculaire de Chine, nous ne la feront pas ! Prévue au plan initial, elle est exactement sur la route. Sur les bonnes infos de notre guide Lonely Planet, nous ne devrions pas avoir de pluie durant ce mois de septembre… c’est pas vrai ! Direct, nous partons pour Lijiang.

 

 

Lijiang –> Photos Lijiang
Si ce nom ne vous dis rien, la ville quand à elle, vous l’aurez sûrement aperçu dans un des nombreux films chinois. Elle est connue pour représenter la ville ancienne de Chine. Le petit cour d’eau qui traverse la ville de par en par, les maisons avec des toits qui finissent en pointe vers le ciel, les ruelles toutes plus petites les unes que les autres qui se croisent et s’entrecoisent à vous faire croire que vous ne pourrez jamais trouver la sortie… ce qui n’est pas totalement faux. Nous nous sommes perdus à plusieurs reprises, pour notre plus grand bonheur. C’est dans des endroits comme celui ci que vous faites un saut temporel. Il n’y a que les magasins jonchant le pavé qui vous rappelle que les perches à selfie n’existaient pas il y a 1000 an…
20150826_172811_HDR
Dans cette ville, outre de la vieille pierre, existe également les jardins chinois composés de multiples temples et pavillons posés sur l’eau. Nous en ferons l’expérience avec un joueur de flute chinoise loin de la foule et de ses tumultes.

Ce qu’il y a de bien avec les chinois, c’est qu’ils ne sortent pas des sentiers battus et choississent systématiquement les endroits dans lesquels il faudra faire le moins d’effort pour avoir son selfie. Cela nous laisse quelques cadres agréables sans être oppressé, tel un homme.

 

Dali –> Photos

Nous sortons de notre petit cadre historique pour rejoindre une ville de « Hippie ». Dali sera notre escale pour une duré inderterminée. Nous avons rencontrer un nombre de personne certains qui nous vantent les méritent de cette ville. Nous espérons qu’il en sera de même pour nous. Et nous ne tarderons pas à trouver notre premier compatriote de soirée. Celui ci sera le patron de l’auberge dans laquelle nous avons trouvé refuge. Direction la rue des touristes et leurs nombreux bars. Cette tournée des bars annoncées se finira dans le même par lequel nous avons commencé, sans bouger… Quelle tournée. Dans celui ci un concert à l’européenne est prévu, et la musique live de chez nous nous enchante terriblement. Tout cela pour dire que notre séjour commence plutôt pas mal.

La pluie reste quand même une des caractéristiques qui occupera notre séjour. Cela ne nous empêchera pas de découvrir nos premières pagodes et un son lac. Il ne resta plus qu’à nous faire racomoder les chaussures par un cordonnier de rue et tout est parfait.

 

 

Kunming –> Photos
20150905_153821_HDR
Notre destination finale pour le Yunnan se trouvera à sa capitale, Kunming. Cette ville est plus grande et plus peuplée que celle de Paris. Après notre séjour dans les régions reculées, c’est un décalage des plus intenses que nous vivons. Au coin de la rue un Starbuck café, en face un Mc Do, une rue commerçante comme il s’en fait peu. Nous pouvons imaginé les champs élysée piétonne avec uniquement des commerces de parte et d’autre sur au minimum 3 étages. Bref, notre stop dans cette ville sera une claque de la civilisation chinoise actuelle, concernée dans des tours et des villes à plusieurs étages. Nous trouverons tout de même de quoi nous sustenter dans le lac vert peuplé d’irréductibles touristes, ainsi que la montagne de l’ouest (oui, je sais, ce n’est pas très imaginatif comme nom). La montagne de l’ouest reste un moment incroyable, autant par la rencontre des minions après avoir marché à suer pendant 1h, et le paysage somptueux au sommet de la montagne. Nous vous laissons le découvrir dans les photos.

 

Ici s’arrête notre petit tour dans le Yunnan. Notre suite sera sur le Ganxi, territoire du sud de la Chine. Plusieurs surprises seront là bas, une découverte de bonheur.

 

A bientôt

M

 

Publié dans : 05 - China | le 26 septembre, 2015 |4 Commentaires »
123

VERDUN-STRASBOURG-BRUXELLES |
Ein Reise in ein deutschspr... |
Skilaplagne2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tripintheusa
| ROAD TRIP IN AUSTRALIA
| Japon tour