Archive pour août, 2015

Chiner les bons plans en Chine ça vaut le coup !

 

Le voyage c’est quoi ?! des rencontres, des paysages, des découvertes gustatives, des auberges, et des TRAJETS.. Pour une immersion des plus fidèle dans notre voyage, il nous semblait nécessaire d’allouer un article entier au Trajet en Chine !!

 

Après 5 jours passés au cœur de Béjing et ses environs nous décidons de piquer vers le centre de la Chine à Xi’an. Cela ne vous dis suremment rien, un peu de patience, la description viendra vite !

 

C’est à bord d’un train que nous décidons de voyager pour atteindre notre destination. Ce petit trajet d’une durée initialement prévu de 12H, ce fera en dernière classe, j’ai nommé le fameux HARD SEAT. Nous comprenons mieux la signification et le choix du mot HARD pour cette catégorie. La symbolique est posée et celle ci prend alors sens une fois installé . Notre wagon compte près de 110 personnes assis sur des sièges en face à face bien durs. Pour les autres passagers sans place numéroté, ce sera une assise à même le sol dans les couloirs et à chaque extrémités du wagon. Les discussions vont bon train entre chinois bien sur, ici personne ne parle l’anglais! Nous sommes les seuls touristes blancs et nous attisons vite la curiosité de nos voisins. Des photos de nous serons même prise à notre insu à plusieurs reprises !!!!

 

Ce fût après quelques heures de trajet que les ennuis débuterons. Le train s’étant stationné dans une petite gare depuis bientôt 3H le wagon entier s’interroge sur l’origine du contre temps et le ton monte…. En effet cela fait bientôt 10h que nous sommes partis et nous n’avons même pas fait ¼ du voyage. Face à l’incertitude des contrôleurs, l’attente devient compliquée et la fatigue se fait sentir. La promiscuité des passagers mélangée au bruit et à l’inconfort ne nous permettent pas de sombrer dans un sommeil pourtant nécessaire ; nous sommes actuellement à 20h de trajet. Nous tenterons de demander si il est possible de sortir sur les quais afin de nous délier les jambes et de prendre l’air frais mais là encore notre requête restera vaine..

train

Le train avance lentement. Nous savons maintenant que ce retard est du à une tempête ayant inondée les voies paralysant ainsi l’ensemble du trafic ferroviaire et nous sommes partis depuis 27h. Finalement, après 2 soupes de noodles avalées 1,5l d’eau bu, 1 paquet de gâteau englouti, 4H de sommeil pour Mathieu et 1H pour Coline, nous arrivons à 1H du matin à Xi’an ,31H plus tard….

 

Déboussolés, étourdis, éreintés il nous faut maintenant trouvé une auberge en pleine nuit et dans une ville 2 fois plus grande que Paris. Bonne chance me direz vous ?!!! C’était sans compter la rencontre d’un voyageur espagnol et d’un adorable chinois. Ce dernier nous prendra sous son aile, hélera un taxi et nous emmènera tout droit à une auberge bon marché qu’il connais, le tout avec l’interdiction de partager les frais de route. Sa bienveillance est saisissante….Nous nous affalons à 2h du matin dans nos lits de cette superbe guesthouse. Aucun rêve ne sera fait cette nuit, notre repos se voulait réparateur uniquement…

 

Fin du premier chapitre traitant des trajets….Nous verrons par la suite que ce type de trajet n’as rien d’ anecdotique !!

 

 

Mais revenons à nos moutons et oui du mouton encore et toujours !  :

 

Xi’an, ancienne capitale de la Chine durant plusieurs dynasties, elle fut malheureusement partiellement détruite lors d’affrontements. La capitale fut alors déplacée à Béjing.

Actuellement elle s’impose comme la capitale de la street food et reste un carrefour touristique dominant grâce à la découverte de l’armée des soldats en terre cuite dans les années 70.

 

Photos Armée de terre cuite

 20150807_161219-2 (1)

C’est donc tout guilleret que nous cheminons vers cette immense armée de terre cuite. Là encore nous ne sommes pas les seuls. Nous sommes en août et c’est les vacances pour tout le monde y compris pour les chinois qui sont arrivés en masse de chez masse . Une vrai fourmilière s’agite autour des soldats ! C’est au rythme des nombreux clichés photographiques que nous nous frayons un chemin afin d’y admirer les soldats. Ils sont plus de 6000 soldats tous différents, des chars , des chevaux qui nous observent ou bien l’inverse ?! Dans certaines fosses, de nombreux tumulus de terres contenant bien d’autres soldats chevaux et chars, sont toujours ensevelis à l’heure actuelle. Le mystère persiste donc toujours.  Et celui ci se voit renforcé par le mausolée de l’empereur ordonnant cette édifice, qui n’as toujours pas été fouillés en 2015…Excitant non ? !

Afin d’en protégé des pilleurs, le mausolée de l’Empereur contiendrai une quantité massive de mercure représentant les rivières éternelles érigées en labyrinthe ainsi que de nombreux pièges. Le mythe est à son apogée. Les archéologues restent dans l’expectative d’avoir bientôt des développements techniques assez précis garantissant le contenu de la tombe. Une véritable expédition pour Idianna Jones !!!!!!

 

Photos Xi’an

Les jours suivants nous sillonneront les rues sur de fières bicyclettes.  Il fait chaud et humide 35°C donc la moindre pente à vélo est un ravissement .  La vieille ville est entourée de remparts fortifiés, hérissé en son centre de 2 pagodes majestueuses. La célèbre street food n’as rien de chimérique et nous ravit les papilles à chaque repas. Cela étant, une fois que vous vous êtes accoutumés aux épices pimentées. Ce qui n’a rien d’aisé, car ici le piment est aux repas ce que roblochon est à la tartiflette .

Nous adorons l’ambiance de ces rues colorées par les lumières artificielles des enseignes . Lorsque le soleil commence à fondre dans l’horizon, toutes les tables et tabourets sont mises sur les trottoirs en attendant d’être occupés par de nouveaux convives . Alors, vous choisissez un plat de riz chez celui là puis des brochettes chez celui d’à coté et vous vous installé le tout arrosé d’une bière de chez celui d’en face. Lorsque la nuit enveloppe la ville, nous grimpons tout en haut de la terrasse de notre auberge, il n’y a personne le soir, celle ci surplombe la ville et nous discutons énergiquement tout en buvant des bières . Le Hic c’est que les bières chinoises ne sont pas vraiment alcoolisées genre 2,5 à 4°C et manque de saveurs . Nous nous en contenterons  largement !

 xi'an ville    

Nous quittons Xi’an et notre auberge direction la capitale du Sishuan Chengdu après 18h de hard seat…

 mathieu chengdu     coline velo

 

 

Photos Chengdu

 

Nous dénichons une sympathique auberge toujours au hasard, entourée de terrasses à plusieurs niveaux où  règne une végétations tropicale . Il y a un grand billard, un bar, de moelleux canapés, de la bonne musique et des bonnes bières locales cette fois. Ici c’est le lieu de prédilection des touristes  souhaitant se reposer.

La ville doit sa réputation à la célèbre réserve de pandas ce qui ne nous intéresse absolument pas ! Nous avons Beauval ! Il y a également le plus beau parc naturelle de Chine mais l’entrée ne s’accorde pas vraiment avec nos finances. Le choix est fait, nous décidons d’économiser tout en préparant les jours suivants..   Objectif numéro 1: essayer de prolonger notre visa en Chine !

La suite très vite pour une visite dans les montagnes proches du Tibet et des trajets toujours des trajets….

C

Publié dans:05 - China |on 29 août, 2015 |16 Commentaires »

Salut à toi, China

Des nombreuses contrées que nous avons et allons traverser, la Chine n’était pas celui que nous attendions le plus. Mais les hasards de nos rencontres nous ont fait prendre conscience de cette civilisation avec la plus grande bienveillance.

Avec beaucoup de plaisir, nous lisons vos commentaires et cela nous fait très chaud au coeur d’avoir vos sentiments. Cela nous encourage grandement dans l’écriture de nos péripéties. Encore merci.

 

 

Béijing –> Photos

20150731_180111_HDR~2

Nous voilà donc arrivés par avion pour des raisons de visas arrivant à échéance, dans la ville de Béijing. Comme tout le monde peut se douter, les jeux olympiques ont transformé cette ville. C’est donc dans un aéroport grand comme plusieurs villes de France que nous atterrissons.

Tout d’abord, le premier contraste avec la Mongolie reste sans conteste la chaleur et l’humidité ambiante qui est écrasante. A peine sortis de l’avion, nous nous retrouvons couvert de sueur (Près de 30°) ! Lorsque l’on combine cela avec le poids des sacs à dos (avant et arrière) je vous laisse imaginer la tête que nous faisons. Le temps de trouver notre auberge dans cette jungle urbaine (au vrai sens du terme, cf : traverser une route en environnement hostile !) dans une ruelle qui ressemble plus à un coupe gorge qu’autre chose et nous voilà apaisé. En fait la ruelle que nous empruntons pour venir n’est autre qu’une des nombreuses présentes dans le centre ville de Béijing.

Cet ensemble de maisons et dédale de venelles forme les célèbres Hutong ! C’est pour notre plus grand plaisir que nous avons passé moultes heures à nous perdre dans ce labyrinthe. Ici tout est facile d’accès. A boire, à manger, et de tout ce que nous voulons pas seulement du mouton ! Quel régal. De plus, si l’envie te prend d’aller te faire couper les cheveux à 22h un dimanche soir tu peux, mais il risque d’y avoir la queue !

Nous nous acclimatons très vite à au mode de vie façon Béijing. Pour manger, 3€ à deux nous suffisent et dans la rue, cela ne manque jamais d’agitation. Le plus surprenant, c’est la masse de vélo et de scooter électrique qui ne font pas de bruit… ce qui nous failli plusieurs accroches ! Enfin, même au centre de cette ville c’est un vrai havre de paix que nous avons trouvé.

Une fois les petites appréhensions primaires dépassées, nous commençons notre visite approfondie de la ville, avec la cité interdite… qui l’est toujours un peu car avec plus de 900 bâtiments constitués, à peine quelques un sont visitables ! Et cela est sans compter les nombreux chinois qui viennent visiter leur propre capitale. Et ils sont très nombreux les chinois ! Une marée humaine nous escorte en tout point, depuis la place Tiān ān mén, en passant par le palais du paradis, toujours cette marée… Ce n’est que dans notre Hutong que nous trouvons un espace de tranquilité.

Concernant la nourriture, c’est tout simplement un régal. Tout est disponible (à part peut être un peu de fromage). Du canard laqué, en passant par des brochettes de poulet et autres animaux non identifiables, des buses, du riz délicieux, du boeuf, du porc, des succulentes pâtes,… bref, que du plaisir. Seul regret peut être, pas assez de mouton ! Non je rigole ! Quel plaisir également de retrouver les fruits de tout type et particulièrement ceux que nous ne connaissons pas et dont nous ne savons toujours pas le nom. Qu’importe, nous sommes tellement ravi de toutes nos découvertes.

 

 

Grande Muraille –> Photos

20150802_143347_Pano

A passer quelques jours dans la ville de Béijing, nous nous demandons comment cet empire qu’est la Chine à pu un jour craindre les invasions mongoles ! Pour être sûr de toutes les histoires que l’on nous a raconté sur ces soit-disantes défenses mythiques sont vraies, nous préférons nous en assurer : direction la MURAILLE DE CHINE.

A Pékin, plusieurs possibilités pour rejoindre ces vestiges d’une longueur de 6000 kms. Cependant, un tel élément dans la nature attire une foule à faire pleurer les agoraphiles ! Nous choisissons un endroit moins fréquenté que le célèbre site Badaling, j’ai nommé Mutianyu.

A savoir avant de se rendre sur un tel site, c’est que la majeure partie de la muraille ne ressemble plus qu’à un monticule de pierre et de terre dont la végétation à pris le soin de recouvrir de toute part. Seuls quelques sites sont « visitables » et ouvert au public.

Une fois arrivé sur place, ouvrez votre porte monnaie car tout est très bien prévu pour que votre excursion laisse un souvenir impérissable à votre esprit et votre porte monnaie. La muraille étant sur la cime des montagnes, un téléphérique peut vous y élever, une navette peut vous y approcher, des boissons et des encas pour vous restaurer ! Au premier abord, cela ressemble plus à un parc d’attraction qu’à un site historique. La règle d’or dans ce genre de lieu c’est : ne croyez pas les chinois qui vous disent qu’il faut absolument prendre le téléphérique pour monter et le toboggan pour descendre et tutti quanti ! Après avoir un peu trimer pour négocier les transports, une grimpette de 20 minutes ne tue pas… trop (ça c’est pour Coline)

En tout cas, le ravissement est à son paroxysme lorsque l’on arrive au sommet de notre expédition. La grande muraille, nous y sommes ! A droite, à gauche, devant, derrière, tout est grandiose ! A ce moment nous nous disons qu’il faut réellement être fou pour imaginer un tel projet !

L’ascension pour rejoindre le sommet n’est que le départ ! La muraille s’étend à cet endroit sur plusieurs km, le tout sur les crêtes. Nous voilà donc en train de grimper des marches d’une hauteur invraisemblable. Cela nous vaut quelques suées dans une humidité ambiante dépassant toute possibilité. Touchant l’extrémité de la muraille restaurée, nous avons le loisir de continuer sur la muraille à l’état brut, ce qui ne manque pas de nous surprendre également. La nature est omniprésente. Sur le mur les arbres poussent et de part et d’autres, les parapets sont absents ! Au loin nous percevons la continuité de la muraille qui dessine tel un dragon gris dans un tapis de verdure une silhouette des plus intrigantes. Quelques tours se définissent dans le lointain, sur des sommets encore plus haut que les nôtres. Et dire que des soldats vivaient dans ces endroits !

Quel régal que ce moment passé dans un des joyaux de l’humanité. Nous espérons que les photos pourront vous en faire partager une partie.

Pour nous, il est maintenant temps de rejoindre Xi’an, ville préservant la très célèbre armée de terre cuite datant de plus de 2000 ans.

A bientôt
M

Publié dans:05 - China |on 11 août, 2015 |2  861 Commentaires »

VERDUN-STRASBOURG-BRUXELLES |
Ein Reise in ein deutschspr... |
Skilaplagne2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tripintheusa
| ROAD TRIP IN AUSTRALIA
| Japon tour