Au Laos (prononcer La-O), il y a aussi un bas

Je pense savoir que vous attendez une certaine nouvelle, et bien il faudra attendre encore 2 jours ! Pour patienter, voici notre dernier article sur la suite de notre parcours au Laos. Surtout, continuez de nous faire rire avec vos propositions. N’oubliez pas 2 cadeaux en jeu !

 

 

Fini pour nous les aventures dans les lieux au Laos « Made for teenager ». Nous nous dirigeons vers le sud du pays. Ici, il n’est par rare se ne trouver que des locaux. La piste des australiens venant au Laos s’arrête à Ventiane, après avoir passés plusieurs jours à Vang Vien.

 

 

PAKSE

Lien Photo 1 : PAKSE

Lien Photo 2 : PAKSE

En ce qui nous concerne, nous arrivons dans la ville de Paksé… à 6h du matin ! Et oui, c’est cela les sleeping bus, on essaye de dormir pendant le trajet, mais parfois l’heure d’arrivée n’est pas très adaptée.

Photo de Sandrine et Florine dans le sleeping bus

20151023_192231_HDR

En fait, après réflexion, la température est beaucoup plus agréable à 6h qu’à midi, nous le découvrirons à nos dépends. Comptez un bon 25° vers 6h, puis un 35-40° sur les coups de 13h… Nous suerons sur place à l’ombre, en regardant passer la rivière. Nos amis voyageurs ne sont pas en reste, surtout lorsque nous irons visiter le marché.

Susnommé, le plus grand marché du Laos… il est vrai que c’est grand. Nous nous perdions 3 fois car en groupe, c’est pas pas facile. En comparaison, nous étions un peu comme Astérix, Obélix et Assurancetourix dans une pyramide (mais que viennent faire les pyramides ici ? Pardon, je me suis trompé de pays).

Bref, de toutes les choses qui nous aurons les plus surprises (régime de banane pour 1 euro, vente de grenouille vivante, des grillons grillés), nous découvrirons leur célèbre soupe de poisson et surtout, leur méthode de préparation. C’est pas très compliqué : Prendre des poissons, de préférence passé de date de consommation. Mettre ceux ci dans une grande marmite ou cuve. Ajouter des épices de toutes sorte et remplir d’eau pour que toutes les pièces soient immergées. Attendre plusieurs jours si nécessaire que tout soit décomposé. Il est ainsi aisé de voir, pour chaque cuve, le stade de décomposition. De cela dépendra le goût de la sauce… bon appétit.

Paksé n’est qu’un camp de base pour nous. Notre véritable destination est le plateau des Bolovens.

 

 

Plateau des Bolovens

Lien Photo 1 : Plateau des Bolovens

Lien Photo 2 : Plateau des Bolovens

Pour notre petit séjour dans cette région reculée, nous louons des scooters ! Ici, c’est très simple. Même si tu n’as jamais conduis, quidam te laissera partir ! Qu’importe, armé d’une carte avec les « hot spots », nous partons tous les six.

Cyprien, Tiphaine, Coline, Mathieu, Sandrine et Florine

20151025_084644_HDR

Nous sommes en route pour 3 jours de scooter à travers la jungle laossienne. D’aucun penserai, « Ouhawou, dans la jungle ! » en fait, le plus dur est de réussir à ne pas se perdre en se suivant… nous nous en sommes rendu compte après 30 minutes, lorsque Cyprien, n’est plus avec nous ! La première fois que je suis parti en vacances avec des amis, nous nous étions dit : « Nous avons le droit à 20% de perte » (tout le monde était revenu cette fois là), et par chance, ici également ! Cyprien n’avait juste pas vu que nous nous étions arrêté sur le bord de la route !

Les attractions dans le plateau sont les artisanats locaux ainsi que les chutes d’eau. Nous refusant d’acheter une machette sur le bord de la route, nous boirons du café laossien, qui dégusté chaud ou froid ne laisse personne indifférent. Nous espérons que vous aurez un jour l’occasion de découvrir ces saveurs car cela change votre conception du café (à essayer également : le café Vietnamien).

En nous enfonçons petit à petit dans des routes qui ressemblent de plus en plus à des chemins, nous découvrirons notre première cascade ! Juste 80m de haut ! Et le plus magique, c’est qu’il n’y a pas de barrière pour nous empêchez de tomber. Du coup c’est allonger que nous nous dirigeons vers le bord, non sans éprouver quelques sueurs froides.

Photo du haut de la chute d’eau

20151025_152641_HDR

Nous nous attardons dans ce décors ahurissant, mais point trop. A 16h, le barrage situé en amont à l’habitude d’être ouvert et de libérer l’eau retenue en amont… La journée se finissant à 18h avec le couché du soleil, nous trouverons refuge dans le village de Tad Lo (litérralement : la chute de Lo) où la rivière continue sa descente. Ici, la douche est au bord de la cascade. Les enfants trouvent ici un terrain de jeux à la hauteur de leur attente lorsque nous les verrons réaliser des backflips en sautant dans l’eau.

Au lendemain de cette journée riche en paysage, c’est sur la route que notre temps se passera. Aujourd’hui plus de 6h de scooter prévu… si l’on ne crève pas ! Nous trouverons sur notre route plusieurs chutes d’eau plus ou moins grande, ainsi que Philippe, notre camarade de frontière qui poursuit son chemin au même rythme que nous.

Parfois, nous croisons un village avec ses baraquements sur l’accotement, souvent il n’y à que la jungle… Après 4h de route, fini le macadam. Le chemin de terre s’en suivra pour rejoindre un endroit nommé « les dix chutes d’eau ». Nous découvrons rapidement que certains demeurent quelque peu frileux sur cette route. Alternant entre poussière dans les yeux et cassis (nommé « nid de veau » par Coline), la piste nous met à rude épreuve. Mais c’est sans bobo que nous arrivons dans la place !

Il nous est impossible de les voir d’en haut ! Seule solution : descendre vers la rivière. La région sort à peine de la saison des pluies et tous les chemins ressemblent à une patinoire de boue. Notre sentier n’en est pas exclu ! C’est en désescaladant que nous arriverons à trouver notre havre… une seule chute d’eau ! Et oui, pour voir les autres, il faut remonter puis redescendre d’un autre côté ! RAHHH trop la rage ! Mais ici, comme dans le reste du Laos, la journée se termine avec le soleil… Il nous faudra revenir le lendemain pour finir d’explorer et ce sera dans la nuit, sur un chemin chaotique et quelque peu désorienté que nous trouverons notre logis (Petite pensée pour Tiphaine qui s’en est bien sortie). Le village est tellement reculé, qu’il nous faudra trois tentatives pour trouver une bonne âme qui veuille nous servir à diner !

Au lendemain, troisième et dernière journée (pour les fesses également), nous revenons à nos dix chutes d’eau. Tous ? Non, Philippe à usé de son frein avant sur la piste… Plus de peur que de mal, mais ça valait le coup de mettre un petit commentaire et une photo.

Photo de Philippe « l’écorché »

20151027_092930_HDR

La douche de l’année. C’est ainsi que nous dénommerons la chute d’eau n°5.

DSC02031

Imaginez vous dans un brouillard dense, dans lequel les rayons du soleil font apparaître un arc en ciel complet autour de vous (du coup est ce un rond en ciel ?). Les gouttes d’eau projetées de la cascade inonde la vallée de son humidité. A peine avons nous posé les pieds sur l’herbe que ceux ci sont comme mis dans une rivière, le vent généré par la chute nous fais sentir comme sur la jetée d’un port le jour d’une tempête sans le goût du sel. En l’espace de 4 secondes passées dans ce nuage, je sens déjà les gouttes d’eau perlées le long du dos vers l’entre cuisse !

Pour plus de sensation et déjà trempés jusqu’à la moëlle, nous nous dirigeons vers l’arrière de la chute d’eau avec Cyprien ! Le bruit devient assourdissant, les rafales de l’eau nous font vaciller sur les rochers entourés de mousse.

Dégoulinant des cheveux aux pieds, nous rebroussons chemin. Par chance, nous n’aurons subit aucun dommage électronique dans cette épreuve mais nos chaussures mettrons plusieurs jours avant de sécher complètement !

Notre photo devant la chute d’eau

DSC02039

Sans d’autres encombres, nous retournons à Paksé après 380km, zéro roue crevée, une seule chute, 45 piqures de moustique, sept coup de soleil, et découvrons une ville préparée pour la fête annuelle ! Courses de bateaux, jetée de lampion au dessus du Mékong, concert… vive le karma !

 

 

4000 iles

Lien Photos 1 : 4000 iles

Lien Photos 2 : 4000 îles

Photos de nos hamacs face au Mékong

20151029_165314_HDR-2

Non, ce n’est pas que la chanson de Fauve, mais également un petit paradis sur terre. A la frontière avec le Cambodge, les 4000 iles, représentées majoritairement par l’île de Don Det et Don Khon, ont connue leur heure de prospérité sous le régime colonial. La France voulait établir le Mékong comme voie d’accès majeure pour alimenter l’ensemble du sud est asiatique. Cependant, les différentes cascade qui font obstacle doivent être contournés. Ainsi, un système de transbordement a été inventé pour permettre au marchandise de traverser par les terres les cascades situées au sud des iles. Les vestiges persistent et donne à ces îles leur aspect historique.

Autre cet aspect, nous découvrirons surtout un calme et une douceur de vivre remarquable. Notre auberge logées sur pilotis face à la rivière nous laisse apprécier les couleurs du lever et coucher de soleil. Ici, pas de voiture, uniquement quelques scooters et pirogue à moteur. Il est difficile d’imaginer ces délices. Sur des couchettes à la romaine, nous passons nos journées à déguster des jus de fruit saveur d’Asie, des plats aromatisé au lait de coco et curry, des parties de dés 10000, les copains pour rigoler, des boules de pétanque pour les nostalgiques, des tours de vélo pour visiter…

Nous avons ici retrouvé Christophe et Johanna que nous avons rencontré une première fois à Yangshuo en Chine lors de notre séjour volontaire. De plus, notre compatriote frontalier Philippe ainsi que la kayakiste Tabata et Maxime passent leur temps avec nous.

Sujet à ces tracas quotidien (lol), nous n’oublions pas nos vraies contraintes : le temps. Notre visa expire, nous devons quitter le pays ! Au revoir Laos, Bonjour Cambodge.

M

Publié dans : 07 - Laos |le 9 novembre, 2015 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 9 novembre 2015 à 15 h 14 min Xavier écrit:

    C’était très drôle de se suivre depuis Nongkhiaw jusqu’à Don Det!
    Profitez bien du reste du voyage!
    (Et moi je connais la nouvelle! J’ai droit à un cadeau?)

    Répondre

  2. le 9 novembre 2015 à 17 h 05 min Philippe écrit:

    Je tiens à rassurer tout le monde, les bobos vont mieux :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

VERDUN-STRASBOURG-BRUXELLES |
Ein Reise in ein deutschspr... |
Skilaplagne2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tripintheusa
| ROAD TRIP IN AUSTRALIA
| Japon tour