Archive pour la catégorie '03 – Russie'

Lac Baïkal en long en large et en travers!

 

Moscow 125

 

Ztrasrvouytye nos chers lecteurs,

Après un long périple morcelé par le changement des 5 fuseaux horaires, nous arrivons au terme de notre épopée sur rail au bout de 86h de train! Il est 7H30 du matin, ici, à Irkoustz, 2H30 à Moscow et 1H30 chez vous, nous sommes à 8210 km de Paris et nous avons parcouru 5181 km depuis Moscow.

Nous descendons du train et nous nous retrouvons sur le parvis de la gare d’IRKOUTSK quelques peu étourdis par le bourdonnement assourdissant de la ville. Il suffira de quelques minutes pour ressentir une envie frénétique de calme, de fraîcheur, et d’intimité. N’ayant rien réservé nous sommes libre de choisir notre point de chute. Et notre besoin de quiétude triomphera sur la trépidante ville d’Irkoutsk. Nous décidons de partir pour Listvianka, petite bourgade de 1800 habitants situé au bord des eaux pures du Lac Baïkal.

Listvianka

Photos Listvianka 1

Photos Listvianka 2

Ce ne sera qu’après 4H de tramway, mini bus et marche à pied que nous arrivons dans notre havre de paix, satisfait d’y trouver une douce sérénité.
Notre auberge n’as rien de typique. Tel un chalet alpin, elle se distingue par son aspect écologique (panneaux solaire, ampoule basse consommation, isolation en mousse de basalte : je ne sais pas trop comment ça fonctionne). Comme vous vous en doutiez nos premiers gestes trahissent notre besoin furieux d’hygiène : Douche, toilettes et lessives….

Les jours suivants s’écoulent tranquillement, nous effectuons de douces ballades au bord du lac dont les embruns d’une étonnante fraîcheur viennent refroidir nos corps tiédis par le soleil. Nous en profitons pour modifier notre alimentation et troquer les noodles du train pour déguster le Omoul, poisson endémique du lac. Lorsque le soleil s’endors à l’horizon la température chute étonnamment vite on perd vite 15 à 20°C. Le soir, nous échangeons avec les autres backpackers français, australiens , belges, allemand autour de bières russes. Il fait bon vivre ici et nous ne nous lassons pas d’admirer le lac. On s’amuse alors à l’imaginer dans son ambiance hivernale, figé par la glace, laissant les voitures tracer sur lui les routes permettant de rejoindre les villes qui le borde.

4 jours après, nous décidons de partir pour l’île d’Olkhon à 6h de route de notre village. Nous devons nous soustraire à la conduite sportive
du conducteur. Mais 6 heures c’est tout de même long ! Il fait chaud et nous sommes bousculés par les sursauts du mini bus dut aux grandes déformations de la chaussée parfois inexistante ! Il nous faut oublier la lecture, et même le mp3 ! Tout ceci sans compter que le but premier du chauffeur est de doubler en cote sans aucune visibilité! Une véritable attraction à sensations dont nous n’avons rien à envier aux montagnes russes des parcs asterix, eurodisney j’en passe..

L’Ile d’OLKHON

Photos île d’Olkhon

Notre arrivée s’effectue dans la pension chez Olga. C’est une maison en bois typique de l’île qui s’est recycler dans l’accueil des touristes. Notre chambre est rudimentaire mais suffisante et la délicieuse nourriture servi nous invite  à nous établir ici durant 4 jours !

L’île est peuplé en son centre de forets de sapins et dans ces contours de paysages sablonneux ce qui lui donne des allures de westerns à la John Wayne .Nous empruntons un mini combi russe, similaire à nos légendaires combis WW pour visiter le nord de L’île. La route est extrêmement chaotique, heureusement notre camion a 4 roues motrices et s’évertue aux plus belles cascades jamais ressentis. Nous sommes contraints de nous fondre dans ce petit tour touristique avec des arrêts très cadencés par le chauffeur. Et comme à son accoutumé un des russes présents n’hésitera pas à nous traduire en anglais les explications du guide sur les paysages que nous traversons. Le midi, le chauffeur sort un trépied et une gamelle (comme celle que certains lecteurs on déjà vu maintes fois dans les soirées montaises) Il nous prépare un feu pour y faire chauffer une succulente soupe de sa propre confection donc du omoul, bien évidement.

Anniversaire

Le 21 juin, mon anniversaire ! Mathieu m’offre de jolie boucles d’oreilles vues à Listvianka. Nous nous autorisons un petit restaurant à midi pour la modique somme de 5e chacun, la ruine ! Pas de fête de la musique, ni de fêtes avec les copains et la famille cette année, mais un paysage hors du commun pour le plus grand ravissement de nos yeux.

Oulan-Oudé et ses alentours

Photos Ulan Ude

4 jours plus tard, nous partons pour rejoindre une des villes les plus asiatique de Russie Oulan Oudé (possédant la plus grande tête de Lénine au monde (7 mètres). C’est décidément le tronçon le plus jolie de l’ensemble du transiberian. 1H après avoir quitté Irkoustz, les abords du lac commencent à se mouvoir dans l’horizon. Nous aurons bientôt l’impression que le chemin de fer trempe ces rails dans le lac tellement nous sommes proches de ces eaux!

Une fois arrivé dans cette charmante ville d’Oulan Oudé, nous décidons d’ effectuer quelques jours de marche sur le coté Est du lac. Un couple d’allemands rencontrés précédemment,  nous ont vanté les mérites de cette partie du Baïkal. Nous partons donc le lendemain par une chaleur insoutenable dans un mini camion rempli de 26 personnes pendant une durée de 2H30. Mathieu me dira plus tard, qu’il ne pensait pas que son corps pouvait suer autant et ce même en ayant déjà tester plusieurs saunas et hammams auparavant.

A notre arrivé, Nous nous attendions pas à ça… La température chute à 5°C et n’ayant pas regarder la météo nous nous retrouvons désarçonner par l’arrivé du mauvais temps. Après de grandes délibérations nous optons pour une nuitée dans un hostel près du lac. Ce fut après une nuit où les éléments se sont déchaînés que nous remarquons plusieurs fuites d’eau émanant du plafond dans notre chambre mais aussi dans le couloir! bref nous décidons de rentrer à Oulan Oudé. Finalement, nous sommes partis trop confiant omettant une prérogative essentielle avant une grande randonnée, s’assurer d’une météo clémente.

Nous sommes le 28/06/2015, Il est 16h04

J-1 avant de decouvrir la belle Mongolie

C

C

Publié dans:03 - Russie |on 28 juin, 2015 |11 Commentaires »

Départ de Moscow et visite du transsibérien

Bonjour à toutes et tous,

Nous sommes heureux de vous annoncer que nous sommes toujours vivant dans ce parcours en Russie. Ce n’est pas que nous doutions, mais nous avons eu quelques avertissement avant de partir car nos présidents pourraient avoir quelques différents. Honnêtement, nous y voyons un avantage non négligeable, le rouble à perdu de la valeur ! (1€=60rub alors qu’il y a 3 mois, c’était 1€=40rub). J’en reste là pour les cours d’éco.

Petit retour sur Moscou. Petite ville de trop d’habitants. Nous n’avons pas reconnu la Russie tellement la ville ressemble à l’Europe. Mise à part le Kremlin et le quartier touristique, nous n’avons pas trouvé notre aise dans cette ville. Vous pourrez néanmoins apprécier quelques uns des monuments (dont les plus connus) dans le lien ci dessous.

Photos Moscou

 

 

Le transsibérien !

Photos du transsibérien 1

Photos du transsibérien 2

20150611_132102_JPG

Fameux moment tant attendu et espéré. Il est véritablement le premier choc de notre périple. Nous embarquons pour Irkutsk le 11 juin depuis la gare de Moscow (au passage, il est a noté que rien n’est écrit en anglais dans les gares). Dans le lien des photos vous pouvez regarder la vidéo montrant notre entrée dans le wagon, cela vous permettra de visualiser comment il se compose.
Départ à l’heure dite, 13h50 ! Nous voila parti pour 5jours et 4 nuits dans un wagon avec à nos cotés 54 autres personnes.

Nos premiers instants sont hésitants, ne sachant comment nous y prendre…
Notre pronidsva (gardienne du wagon) commence par contrôler nos billets pour être sur que nous ayons pris la bonne couchette. Elle nous procure de fait le linge qui fera notre lit. Ainsi, commence le ballet de literie. Chaque personne commence à dérouler ce qui sert de matelas (tel un futon) et positionne les draps à sa guise. S’en suit, tel un rituel, la préparation du repas et une fois celui ci terminé, quelques mots fléchés et une sieste digestive. Cela peut sembler étonnant, mais les 5 personnes qui se sont succéder devant nous on procéder quasi exactement de la même manière.
Pour notre part, nous avons essayer de suivre notre rythme biologique, mais n’avons réussi qu’à nous déboussoler davantage au fil des 5 fuseaux horaires traversés !

Le paysage nous a laissé le temps de l’apprécier. La Sibérie c’est 80% de forêt et 20% de plaine ! Tout au long du trajet nous avons eu des arbres, puis des arbres et enfin des arbres. Le plus surprenant est de se réveiller à 3h du matin parce qu’il fait grand soleil et d’observer le paysage qui ressemble à celui de la veille ! Peut être n’avons nous pas bougé…

Pour ne pas perdre le fil de notre parcours, nous gardons nos montres à l’heure de Moscou car la rail map est basée sur cette horaire, ce qui nous permet de savoir à quel endroit nous sommes et combien de temps le train s’arrête. Ainsi, au fur et à mesure de notre avancée, nous perdons la notion de l’heure qu’il est. Même le soleil est demauvais conseils car il ne se cache que quelques heures par nuit…

La vie à bord est rythmée par le bruit des boggies sur les rails et comme en France, nous pouvons entendre, Toc Toc…Toc Toc…Toc Toc… Nous faisons rapidement connaissance avec nos voisins. Une vieille dame, « Mamouchka », un homme qui aime boire la vodka avec ses amis du soir, une grand mère avec ses deux petits enfants. Nous n’arrivons pas beaucoup à communiquer avec eux si ce n’est avec les mains. Seule la petite fille de 12 ans parle anglais… et plutôt bien qui plus est ! Elle nous présente donc son petit frère et passe sa journée à regarder ce que nous faisons. Nos compagnons de voyage restent rarement plus de 2 nuits. Nous observons le va-et vient des passagers tout au long du voyage. Ceux ci, comme écrit précédemment réalisent méticuleusement la mise en place de leur couchette ainsi que leur repas.

Nous avons une multitude d’arrêt tout au long de notre parcours. La plupart ne dure pas plus de deux minutes (et le conducteur le respecte scrupuleusement) mais certains de vingt, voire de quarante minutes. Ces arrêts sont précisés sur la rail map, indiquant l’heure d’arrêt et l’heure de départ dans chaque station. Il n’est pas rare que les locomotives soient changées lors de ces « grands » arrêts. Pour notre part, il s’agit également du moment de réapprovisionnement

20150614_084403_HDR

Nous pouvons nous procurer toute sorte de nourriture, depuis les sandwichs fourrés, en passant par des soupes lyophilisées, des poissons fris (selon les régions), des glaces (en grande quantité). Pour certains villages, le transsibérien est une aubaine car personne (ou quasiment) ni passe.

Les journées passent relativement vite. Une fois passée l’excitation du départ, nous arrivons à nous installer correctement et là commence la lecture de nos livres. Coline se charge de terminer les chevaliers d’Emeuraude et moi les histoires des thanataunotes. La lecture sera notre occupation favorite lors de ce trajet, la stabilité du train aidant (ce qui n’est pas le cas d’autre bus utilisés depuis).

Les phases de sommeil se déroulent plutôt bien si l’on oubli le bruit du train et le soleil qui ne se couche que quand nous sommes réveillés… Le repos viendra après l’arrivée. Il est a noté également qui si vous souhaitez partir dans le Transsibérien, il vaut mieux ne pas être trop grand. Je fais 1m75 et mes pieds dépassait légèrement des couchettes et arrivaient dans l’allée. Il n’était pas rare d’observer plusieurs pieds dans cette allée lorsque nous la remontions.

De plus, nous n’avions pas la climatisation dans notre wagon, ce qui nous permet de savoir ce que c’est que 56 personnes dans un espace restreint. Fort heureusement, les fenêtres nous permettent d’avoir un peu d’air.

Petite note sur les toilettes : Comme vous pouvez l’imaginer, celle ci servent pour tout le monde. Donc lorsque vous faite un calcul rapide, il n’ y a pas loin de 200 passages par jour dans les toilettes de ce wagon. La pronidsva se charge de les maintenir du mieux qu’elle peut, cependant, quelques personnes devaient se sentir très dérangées… Nous avons compris après deux ou 3 jours que nous pouvions utiliser les toilettes des autres wagons, ce qui fut du luxe pour nos dernières journées !
D’autre part, pour ceux se poserai la question, il n’y a pas de douche à l’intérieur du train…

Ainsi, après 86 heures de trains et 5185km de rails parcourus nous arrivons à destination. Irkutsk est notre premier arrêt sur notre parcours. Il nous reste à parcourir la distance de 2800km jusqu’à Beigjing et nous seront quittes pour ce trajet, parmi les plus long du monde.

PS : J’ai précisé à Coline qu’il y avait un trajet retour en train possible en passant par le sud de l’Asie avec Russian Rail (Inde, Pakistan, Afganistan, Iran, Iraq, Sirie, Turquie, Bulgarie, Serbie, Hongrie, autriche, Allemagne)… elle n’a pas l’air trop motivée !

увидимся
M

Publié dans:03 - Russie |on 22 juin, 2015 |7 Commentaires »

Teaser Transsibérien

TEASER

 

Pour les aficionados de la langue nous dirons simplement :

привет , 
в ожидании новой статьи , Вы найдете это видео с 
Транс -Сибирской . 
увидимся
Se prononce :
privet ,
v ozhidanii novoy stat'i , Vy naydete eto video s 
Trans -Sibirskoy . 
uvidimsya
Sinon, pour les autres : 
bonjour, 
dans l'attente d'un nouvel article, vous trouverez cette vidéo depuis 
le transsibérien. 
A bientôt
Publié dans:03 - Russie |on 19 juin, 2015 |4 Commentaires »

Saint Petersbourg!

PHOTOS 1

PHOTOS 2

 

Avant tout, retrouvez notre  actu avec notre facebook : Lesvagabonds Auboutdumonde

 

Tout débuta comme ceci:

- une super soirée bien arrosée (trop) à Paris avec Hugo, Julia ,Oliver

- un sommeil de 3h tourmenté par l’abus d’alcool

- un faux départ (arrivé gare du nord , j’oublie mes lunettes de vue  de soleil dans le sac d’Hugo)demi tour

- 4H plus tard nous atterrissons sur les terres russes!

Le dépaysement opère rapidement, nous peinons à décrypter le fameux cyrillique. Tandis que l’on se convint mutuellement que tout ira bien, deux jeunes filles nous interpellent et nous aident à nous repérer dans le métro ! Finalement elle nous accompagnerons même jusqu’à l’auberge! Ce type de geste désintéressé de la part des Russes continuerons à nous épater tant dans leur bienveillance et leurs plaisir à rencontrer l’autre!

L’auberge, de son prénom Cuba hostel, nous fera aussi un excellent accueil dans une ambiance familiale, nous prenons vite possession des lieux et rencontrons les autres « colocataires »!
le lendemain soir on bavarde autour de bières locales qui nous mènerons toute notre petite troupes de Néerlandais, Brésiliens, Indien, Russes et Argentin nous imprégner des nuits blanches de Saint Petersbourg.
Qu’elle fut notre surprise de voir le coucher de soleil vers 23h et une sortie de boite de nuit à 4h du mat’ pour s’apercevoir qu’il fait jour comme ci il était 10h du matin!! Petit moment de doute sur la durée de la soirée (peut être dû aux bières), mais nous constatons que toutes les montres sont à la même heure…
20150604_134658_HDR-2
Outre les soirées festives,Nous apprécions le caractère de cette ville nouvellement cosmopolite, avec une architecture riche en bâtiments grandioses et extravagants ! Le Palais de l’Ermitage est désormais un immense musée incontournable, les canaux de la ville, les églises orthodoxes avec leurs dômes à « chantilly » nous ravis ! Nous décidons même de prolonger notre séjour ici quitte à ne passer que 2 jours à Moscow!

Le départ se fera en train de nuit d’une durée de 8h en 3 ème classe se qui nous donne vite un aperçu du transibérian…je n’ai réussi qu’a trouver le sommeil que durant 2h! pénible ce marchand de sable!

007 010
C

Publié dans:03 - Russie |on 10 juin, 2015 |12 Commentaires »

VERDUN-STRASBOURG-BRUXELLES |
Ein Reise in ein deutschspr... |
Skilaplagne2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tripintheusa
| ROAD TRIP IN AUSTRALIA
| Japon tour