Archive pour la catégorie '05 – China'

Et nous voici au Ganxi

Province du Ganxi

 

Je vous ai promis des explications sur notre secret pour rallonger notre voyage ! Voici notre méthode.

Pour rappel, nous sommes actuellement au Vietnam, et je vais vous ramener par un saut temporel il y a un mois et demi d’aujourd’hui.

Dans cette histoire, nous nous trouvons à Shangri La, autour d’une bière (ou plusieurs) en train de nous questionner sur la suite du voyage… Pénisule du Sud Est ou direct vers l’Inde ? Notre couple français, Eric et Véronique nous aiderons dans notre choix de partir à la découverte de nos anciennes colonies. De plus, leur faisant part de notre inquiétude sur notre budget ceux ci nous répondent : « Pourquoi vous ne faites pas du work away ou du help X ? »

 

Et nous voici arrivant dans le Ganxi par train (ce coup ci couchette à 3 niveaux et plutôt confortable). Dans notre tête, une seule idée nous trotte : « que vont ils attendre de nous ». Traduisez par : quel job allons nous faire en échange de logement et de nourriture ? Car ici réside le principe du Work Away ou du Help X (deux sites de mises en relation entre volontaires et hôtes). Nous avons trouvé un hôte dans la ville de Yangshuo dans le Ganxi. Cette ville est sur notre itinéraire et Coline, une fois mise au parfum de ces systèmes, s’est empressée de rechercher un endroit convenable. Notre lieu Sudder Street Hotel. Encore une fois les transports n’auront pas été d’une simplicité enfantine… Train, bus, tuc tuc… et voici notre salut. Dong Dong et sa femme sont là, sur le pont, pour nous accueillir chaleureusement. La chaleur, l’humidité et les sacs à dos nous font suer comme jamais ! Qu’importe, nous y sommes.
20150906_152631_Pano

 

 

Sudder Street Hotel in Yangshuo

 

La ville de Yangshuo, près de Guilin, est connue pour être le repère de tous les amoureux de la nature. Ici, plusieurs montagnes sortent de terre pour se retrouver parées d’un manteau de verdure. La ville tente de trouver une place entre ces pics rocheux et la rivière qui serpente entre eux. La vie semble douce dans cet endroit que l’on pourrait qualifier de paradisiaque. Je ne le dirai jamais assez, Coline a eu le nez fin pour trouver ce lieu.

 

A notre arrivée dans l’auberge, qui se trouve un peu excentrée de la ville (dont même les taxis ne connaissent pas l’adresse ni le nom), nous figurons parmi les quelques voyageurs aventuriers (au total 6), dont un couple de français. En tant que volontaire, nous sommes sous le coup d’un régime strict : on ne paie pas la nuit, on mange le repas de midi et du soir avec les autres volontaires (gratuit) et on prend deux jours de repos pour commencer parce que le voyage à été long depuis Kunming ! Et je n’exagère pas. En contre partie, nous intégrons un système d’équipe avec un jour nous devons faire la cuisine pour les autres volontaires (midi et soir), un autre jour nous faisons une sortie avec les clients afin qu’ils découvrent la ville et ses alentours. Bref, nous sommes super bien tombés.

 

china debut vietnam coline 351

De Gauche à droite de haut en bas :
Christophe, Antoine, Marion, Akio, Pauline, Coline, Johanna, Mathieu

 

Akio et Pauline

Lorsque nous arrivons dans l’auberge, ce couple y est déjà présent. Tout se passe comme si nous nous connaissions depuis toujours. Nos amis travaillent en Suisse, à Genève. Une fois les blagues passées en revue, nous découvrons moultes atomes crochus, notamment l’escalade… c’est une histoire ci dessous. Voyageurs au long cours, ils attendent leur nouvelle carte bancaire suite à une histoire de piratage ! Ici se trouve le nœud de leur histoire.

 

Christophe et Johanna

Troisième couple de français à débarquer dans cette merveilleuse auberge. Akyo et Pauline les auront découverts dans le restaurant fétiche de Johanna « Le meilleur indien de la Chine ». Après une (ou plusieurs) nuits passées dans une auberge médiocre dans le centre de la ville et le réveil par des marteaux piqueurs, nos compagnons sont venus s’isoler dans le calme. Leur plan de voyage : Ganxi, Yunnan et Sichuan. En gros notre chemin mais inversé.

 

Antoine et Marion

Plusieurs jours se passeront avant leur arrivée. Johanna connaissant la sœur de Marion, celle ci donnera l’adresse de notre fameuse auberge. Voyageurs à vélo, Antoine est parti depuis la France sur sont vélo couché voilà un an et demi. Son premier stop fût chez la sœur de Marion. Marion a ensuite rejoint Antoine au Japon. Et c’est depuis qu’ils circulent de pairs.

 

LIEN PHOTOS TV MONTAIN

LIEN PHOTOS 20 YUANS VIEW

 

Une fois les présentations faites, vous apprendrez, chers lecteurs, que nous sommes tenus au secret de quelques méfaits survenus lors de notre séjour à Yangshuo. Cependant quelques uns peuvent être dévoilés.

 

La découverte des lieux mythiques tel que la TV Montains surplombant la ville et son fameux magasin au pied, dans lequel nous trouverons l’alcool de riz. (NB : De 30° à 60° pour ½ litre à 10 yuans soit 1,3€). A deux pas de ce lieu, nous trouvons le marché local, avec à disposition, mort ou vivant, des chiens, des chats et des rats… l’idée de devenir végétarien se fait fort ressentir à la vue des chats dans la cage et du chien mort sorti du bidon d’eau bouillante pour faciliter l’épilation. La cuisson demeure plutôt surprenante : au chalumeau ! Tel sera le sort du rat devant nous.

 

Bref, notre lieu nous réserve chaque jour des surprises. Ainsi, faisant un tour organisé par notre ami volontaire Mao Mao, nous découvrons la LI RIVER et la fameuse vue présente sur le billet de 20 yuans

schina debut vietnam coline 240

Devant le passage incessant des touristes chinois qui, assis sur les bamboo boat (en plastique), nous prennent en photos, nous savourons le cadre de cette rivière plus importante que la Loire. La Li River n’est pas la seule. Nous prendrons plusieurs fois des vélos mis à disposition pour rejoindre la Yulong River, bordée de champs de riz. Cette atmosphère nous rend buccolique et les soirées animées autour d’un Uno « amélioré » avec un punch local nous fait nous sentir à la maison. Les discussions vont bon train, allant de la nourriture française qui demeure notre sujet de discussion privilégié à la construction des châteaux forts et de ses créneaux (NDLR : cela fut le sujet de rassemblement à mon encontre). Christophe ayant apporté une guitare avec lui, nous nous retrouvons à pousser la chansonnette. La variété musicale est à son paroxisme, depuis la chanson française, en passant par un rock anglais puis une chanson paillarde… Nos amis chinois seront ravis ! Encore une fois, qu’importe le flacon, tant qu’il y a l’ivresse.

 

Le job de volontaire

 

Bon, ce n’est pas le tout, nous devons tout de même travailler quelque peu. Une de nos deux missions : faire la cuisine. Easy ? Pas tant que cela. La première étape est de déterminer ce que nous mangerons. A savoir qu’il n’y a pas de four, uniquement des poëles, dont une seule à fond plat. La cuisson pour les chinois est principalement réalisée en friture, que ce soit les légumes ou les os avec la viande… Une fois le plat décidé, nous devons trouver les ingrédients dans les marchés ou la plupart des produits nous sont inconnus ! Enfin, le budget. Nous avons 5 yuans (0,8€) par personne par repas. Nous nous cassons vraiment la tête, mais ca vaut le coup. D’autant plus que nos amis nous donne un petit coup de main et nous aident à choisir les plats qu’eux aussi pourront déguster. Au global un petit air de France sera arrivé jusqu’ici. Une purée maison, poisson à la mangue, ratatouille, purée de carotte, tortilla et nous avons également eu l’occasion de faire un barbecue !

 

En ce qui concerne notre deuxième job, il s’agit d’organiser des tours pour les autres touristes. Le choix est rude, car il y a vraiment beaucoup de choses à faire et à voir. Ainsi, lorsque nous planifions les sorties, nous demandions à nos amis où souhaitaient ils aller ou voir. C’est ainsi que nous découvrons la région en même temps que les autres touristes. Découverte de la secret beach qui borde la Li River, tour en vélo dans les rizières. Le top du top sera la sortie escalade que nous organisames avec Akyo (qui ne faisait pas de job volontaire mais qui adore l’escalade).

LIEN PHOTO ESCALADE 1

LIEN PHOTO ESCALADE 2

Nous renouvellerons l’expérience le lendemain en compagnie de nos amigos. Quel délice que cette nature. L’ultime détail sera de se prélasser dans la piscine de l’auberge en observant les montagnes environnantes.

 

20150915_153632_HDR
Je grimpe Akio assure

 

Toutes les bonnes choses ont une fin. Ainsi, notre opération « Save Money » à fonctionner à merveilles et mieux encore. C’est avec 6 nouveaux amis et d’innombrables souvenirs, un staff que nous qualifions d’exceptionnel, des découvertes gustatives et linguistiques, des tonnes de photos, une blessure au mollet, la liste incomplète des 7 nains et des pâtes (anecdotes à raconter au retour).

 

A la suite, Akio et Pauline ont dû partir vers Hong Kong récupérer leur carte bancaire après 10 jours d’attente, Christophe et Johanna ont annulé leur périple dans le Yunnan par manque de temps (à cause de 15 jours à Yangshuo), Antoine et Marion repartent à vélo vers le sud de la Chine. Nous nous retrouvons seul dans l’auberge, abandonné de tous. Le jour de notre départ, toute l’équipe de Sudder Street est sur le pont, une chanson nous est donnée. Satané moment où une petite larme pointe au creux de l’oeil.

 

20150920_083925

 

 

Guilin – Rice Terrace Dragon’s Bones → Lien vers Photos

 

Et notre cavalcade continue. Direction le nord du Ganxi à Guilin et plus particulièrement dans la petite ville Ping’An. Nous retrouverons nos amis Christophe et Johanna qui font halte également dans une auberge avec vu sur les terrasses de riz.

Ici, nous sommes quelques peu dans le rush. Plus beaucoup de temps afin l’expiration de notre visa.

Nous vous laissons apprécier les photos peut être un peu trop nombreuses, mais le paysage en valait vraiment le coup.

 

20150921_132315_Pano

 

 

Dernière étape avant de quitter la Chine : Nanning

 

Nanning, vous n’en avez probablement jamais entendu parler, nous non plus avant notre arrivée. Petit détail, 7M d’habitants ! Pour trouver un refuge dans cette jungle nous faisons appel à notre ami booking.com qui nous trouvera une chambre avec vue sur la rivière pour moins de 10€ à 2… De là nous profitons des bien fait des grandes villes : Mc do et compagnie. Non je rigole, juste la frénésie d’une ville qui semble ne jamais dormir. Nous en sommes en plein cœur et à toute heure du jour et de la nuit nous pouvons trouver ce que nous désirons. Coline saura très bien en tirer parti. Nous trouverons un brin de fromage dans le wall mart du coin. Cette ville transit sera notre ultime étape pour rejoindre la frontière.

 

Après deux mois en Chine, nous semblons changés. La Chine possède des aspects que nous ne soupçonnions pas. Un brin nostalgique après tous ces moments passés à galérer devant les menus des restaurants et autres stress au moment de prendre un bus ou un train, mais également l’émotion devant tant de splendeur de la nature, des batiments ou des chinois.

 

Au poste frontière, nous sommes les seuls étrangers. Nous avons choisi l’option « bord de mer » à Dongxing pour accéder au Vietnam. Coline montre et démontre son stress légendaire. Chaque garde nous demandera notre passport, et nous furent même dirigé vers « un petit bureau sur le côté » pour avoir… notre numéro de téléphone ! Des surprises jusqu’au bout.

 

 

Tchao China, hello Vietnam –> Vidéo frontière à pied

 

M

 

Publié dans:05 - China |on 7 octobre, 2015 |12 Commentaires »

Ici Yunnan !

Back to Yunnan !

 

Nous avons fini notre séjour en Chine… Et pourtant, nous ne vous avons pas encore dévoilé la plupart de nos découvertes.

 

Avant de commencer notre récit, laissons nous vous annoncer notre nouvelle : Nous rallongeons notre voyage et changeons nos plans !

 

Ainsi, ayant constaté que le Tibet est une région très contrôlée ou la libre circulation est inconnue, que nous ne trouvons pas suffisament d’info sur la Népal d’après le tremblement de terre, nous décidons de prendre l’avion pour rejoindre l’Inde. En fouillant de ci de là sur le net, nous constatons que les billets d’avion au départ de certaines villes comme Bangkok sont clairement moins cher. De plus, la rencontre avec deux français dans la ville de Shangri La nous incite à rencontrer la population de l’Asie du sud est.

 

Donc en résumé, après plusieurs apéro, plusieurs heures de discussion, nous rallongeons notre voyage ! Prochain pays visé : Le Vietnam.

 

Il devrait s’en suivre le Laos puis le Cambodge, la Thailande (pour noël) et peut être un saut Birman si le budget et les élections sont OK, avant de rejoindre l’Inde ! Avis aux amateurs pour ceux qui veulent nous rejoindre dans notre périple plutôt planifié !

 

Voilà pour l’intro… J’imagine ce que certains peuvent se dire : Quelle chance de s’augmenter son propre voyage sans demander l’avis à son boss, mais, puisqu’il y a toujours un mais, comment vont ils financer leur expédition ? Réponse dans le prochain article

 

En attendant, nous voici dans la province du Ganxi à écrire l’article concernant le Yunnan. Pour ceux qui n’ont pas la géographie de la chine en tête nous mettons rapidement un nouveau lien pour indique ou nous nous trouvons.

 

 

Shangri La (La haut à 3300m) –> Photos Shangri La

 

Nous arrivons dans le Yunnan par le nord du pays, au sortir du Sichuan tibétain dont les routes sont plus qu’à laisser désirer ! La durée des trajets doublés… Nous arrivons une fois de plus dans la ville à une heure impossible. Notre premier contact avec la ville est le pavé glissant car mouillé sur lequel nous manqueront plusieurs fois de nous casser la figure. La musique dans les bars nous embaume dans la nuit et nous ne trouverons qu’avec difficulté notre auberge non réservée… Shangri La est une ville très touristique. Ici, c’est la vieille pierre et vieux bois que vient chercher le touriste chinois reclu dans les tours des nouvelles villes en expansion. Cependant, nous ne trouverons notre véritable refuge que le lendemain, car à la lumière du jour la médiocrité de l’auberge dans laquelle nous nous sommes réfugié, est de plus en plus visible.

 

Notre auberge, Tavern47, correspondra beaucoup plus à notre attente. Non par son nom pillier de comptoir, mais par l’ambiance chalet avec le poêle chaud et laissant le froid sur le pas de la porte, nous inspirant une atmosphère montagnarde. Il ne manque plus que la fondue… mais sans fromage ! Nous commençons à apprivoiser nos sens pour qu’ils omettent les plats français lorsque nous devons passer à table. Le Yunnan est bien riche en denrée, et principalement en piment. Tous les plats y sont garnis, plus ou moins. Sachant que l’on vous demande si vous souhaitez ou pas du piment, dites toujours non, car ils en mettent de toute façon !

 

La ville ressemble bien à l’idée que l’on se fait des petits villages de Chine. Cela perd tout de même un peu de charme lorsque l’on apprend que le centre ville à pour moitié brulé l’an passé ! Qu’importe, nous avons besoin d’une pause dans notre parcours après moulte péripéties dans nos transports.

 

Les batiments majeurs demeurent indemne. Ainsi le monastère implanté sur la bute de la ville domine celle ci majestueusement grâce au moulin à prière le plus grand du monde. Il ne faut pas moins de 15 personnes pour que celle ci daigne se mouvoir !
20150825_152123_HDR
Les collines voisines, elles aussi possèdent chacunes leur petit ou grand monastère. Ici, pas de doute nous sommes imbibés de bouddhisme. Cependant, si le doute persiste, lorsque l’on passe sur la place centrale à 19h le soir, vous aurez un aperçu de leur danse traditionnelle ou ils tournent en rond.

 

Notre décision de changement de plan se fera à la table de cette auberge en sirotant la très célèbre bière chinoise Shangri La, faite par des suisses ! Plusieurs d’entre elles aideront notre choix, ainsi que quelques gorgées de liqueur de vin dont nous ne sauront pas la provenance. Qu’importe le flacon tant qu’il y a l’ivresse !

 

Sur ces sages décisions, nous estimons que le temps où nous avons eu froid est révolu. Il est maintenant temps de rejoindre les régions chaudes du sud

 

 

Tiger Leaping Gorge

 

Des descriptions de cette gorge nous ne pourront en faire de plus succintes. Il fait froid, il pleut des cordes, la randonnées la plus spectaculaire de Chine, nous ne la feront pas ! Prévue au plan initial, elle est exactement sur la route. Sur les bonnes infos de notre guide Lonely Planet, nous ne devrions pas avoir de pluie durant ce mois de septembre… c’est pas vrai ! Direct, nous partons pour Lijiang.

 

 

Lijiang –> Photos Lijiang
Si ce nom ne vous dis rien, la ville quand à elle, vous l’aurez sûrement aperçu dans un des nombreux films chinois. Elle est connue pour représenter la ville ancienne de Chine. Le petit cour d’eau qui traverse la ville de par en par, les maisons avec des toits qui finissent en pointe vers le ciel, les ruelles toutes plus petites les unes que les autres qui se croisent et s’entrecoisent à vous faire croire que vous ne pourrez jamais trouver la sortie… ce qui n’est pas totalement faux. Nous nous sommes perdus à plusieurs reprises, pour notre plus grand bonheur. C’est dans des endroits comme celui ci que vous faites un saut temporel. Il n’y a que les magasins jonchant le pavé qui vous rappelle que les perches à selfie n’existaient pas il y a 1000 an…
20150826_172811_HDR
Dans cette ville, outre de la vieille pierre, existe également les jardins chinois composés de multiples temples et pavillons posés sur l’eau. Nous en ferons l’expérience avec un joueur de flute chinoise loin de la foule et de ses tumultes.

Ce qu’il y a de bien avec les chinois, c’est qu’ils ne sortent pas des sentiers battus et choississent systématiquement les endroits dans lesquels il faudra faire le moins d’effort pour avoir son selfie. Cela nous laisse quelques cadres agréables sans être oppressé, tel un homme.

 

Dali –> Photos

Nous sortons de notre petit cadre historique pour rejoindre une ville de « Hippie ». Dali sera notre escale pour une duré inderterminée. Nous avons rencontrer un nombre de personne certains qui nous vantent les méritent de cette ville. Nous espérons qu’il en sera de même pour nous. Et nous ne tarderons pas à trouver notre premier compatriote de soirée. Celui ci sera le patron de l’auberge dans laquelle nous avons trouvé refuge. Direction la rue des touristes et leurs nombreux bars. Cette tournée des bars annoncées se finira dans le même par lequel nous avons commencé, sans bouger… Quelle tournée. Dans celui ci un concert à l’européenne est prévu, et la musique live de chez nous nous enchante terriblement. Tout cela pour dire que notre séjour commence plutôt pas mal.

La pluie reste quand même une des caractéristiques qui occupera notre séjour. Cela ne nous empêchera pas de découvrir nos premières pagodes et un son lac. Il ne resta plus qu’à nous faire racomoder les chaussures par un cordonnier de rue et tout est parfait.

 

 

Kunming –> Photos
20150905_153821_HDR
Notre destination finale pour le Yunnan se trouvera à sa capitale, Kunming. Cette ville est plus grande et plus peuplée que celle de Paris. Après notre séjour dans les régions reculées, c’est un décalage des plus intenses que nous vivons. Au coin de la rue un Starbuck café, en face un Mc Do, une rue commerçante comme il s’en fait peu. Nous pouvons imaginé les champs élysée piétonne avec uniquement des commerces de parte et d’autre sur au minimum 3 étages. Bref, notre stop dans cette ville sera une claque de la civilisation chinoise actuelle, concernée dans des tours et des villes à plusieurs étages. Nous trouverons tout de même de quoi nous sustenter dans le lac vert peuplé d’irréductibles touristes, ainsi que la montagne de l’ouest (oui, je sais, ce n’est pas très imaginatif comme nom). La montagne de l’ouest reste un moment incroyable, autant par la rencontre des minions après avoir marché à suer pendant 1h, et le paysage somptueux au sommet de la montagne. Nous vous laissons le découvrir dans les photos.

 

Ici s’arrête notre petit tour dans le Yunnan. Notre suite sera sur le Ganxi, territoire du sud de la Chine. Plusieurs surprises seront là bas, une découverte de bonheur.

 

A bientôt

M

 

Publié dans:05 - China |on 26 septembre, 2015 |4 Commentaires »

Big, big ,big Boudha

Google est presque ton ami : Avant de commencer, merci de nous excuser sur les liens et la mise à jour des photos. Google n’étant pas l’ami des chinois nous utilisons un VPN pour nous connecter qui n’est pas très performant. Le lien de l’armée de terre cuite devrait de nouveau fonctionner. Dites nous s’il y en a d’autres HS.

 

Nous quittons Chengdu et son effervescence pour Leshan. Deux raisons influancent notre choix pour cette ville. Premièrement, nous savons d’une source française, Xavier, que nous pouvons y demander l’extension de notre visa assez rapidement. Deuxièmement, cette ville possède le plus Grand Boudha du monde 180m.

Cependant pour tout préambule, il nous semblait plus convenable de préciser les raisons qui nous poussent à étendre notre visa. La Chine nous a surpris de bien des manières. Riche historiquement, culturellement, culinairement, géographiquement, elle a su attisée notre curiosité, assez pour prolonger notre séjour ici d’un mois supplémentaire.

Donc 3h plus tard, nous sommes à Leshan. Nous avons l’adresse d’un hôtel bon marché, tout confort avec une bonne situation névralgique entre le Big Boudha, le bâtiment officiel délivrant les visas, ainsi que le centre ville.

Pas question de perdre du temps, dès notre arrivée, nous fonçons effectuer notre demande d’extension de visa. Le personnel est charmant et efficace. Il nous invite à récupérer notre précieux sésame 24h plus tard. YOUPI, seulement une journée, et nous voilà alléger d’un poids régissant la suite du voyage. Il se fait tard et nous décidons de flâner dans les rues. Le Boudha attendra demain.

Le marché nocturne quotidien s’anime ça et là. Installé à une table sur le parvis, l’ambiance s’apparente à celle de Xi’an. Encore une fois, c’est sur un panneau mural dédié au menu que nous feront notre choix pour le dîner. Pour résumer, tout est écrit en chinois et nous ignorons ce qui nous sera servis. Heureusement, nous en connaissant le prix. Contrairement aux lettres latines, les chiffres arabes sont eux universels, nous facilitant la tâche. C’est assez palpitant, car nous avons parfois de bonnes surprises et parfois non…

Quelques passants chinois viennent nous aborder et nous tentons de discuter ensemble avec beaucoup beaucoup de difficultés. En tout cas, ils semblent ravis de ce bref échange, et nous le sommes tout autant.

Photos menus type menu chinois

Le bruit du réveil n’as pas dû beaucoup nous déranger car c’est avec 3 heures de retard que nous émergeons. Peut-être l’effet KingSize du lit ultra confort y est aussi pour quelque chose ! En effet, ce type de confort nous change des dortoirs dont nous sommes coutumiers. Un café avalé, 4 biscuits et nous partons. Pour tout vous dire, aucun matin ne se déroule sans café. Mathieu y voit un rituel incommensurable. Ce qui apparente Mathieu et son nescafé au parfait amalgame d’ Obélix et ses sangliers ou d’ Iznogoud et la place du Calife !

Photos du Big Boudha

 leshan

Arrivée aux abords du Big Boudha la place est engluée d’une masse de touristes. Cette fois il n’y a pas de doute, la mémoire nous reviens vite et nous accusons un dynamisme quelques peu anémié à émerger du lit plus tôt. Nous ne verrons le big boudha qu’après 2h30 de file d’attente collés les uns aux autres !!! le Grand boudha est remarquable de par sa taille et impose un respect contemplatif aux regards qui se posent sur lui. Nous regardons l’heure, mince, nous sommes en retard. Nous devons récupérer notre visa dans 20 min, nous devons filler!

Débuta un véritable défi digne d’un Pékin express. On remonte les marches à toute allure, on court esquivant les touristes absorbés par la visite. On saute dans un tuk tuk, hèle un taxi insistant pour qu’il nous emmène au lieu dit rapidement. Enfin nous arrivons pile à l’heure, nos visas sont prêts et valide jusqu’au 27 septembre, un mois de plus ! Soulagés, trempés de sueurs, haletant, nous leur exprimons notre joie « Super un grand merci à vous ».

En route pour les montagnes près du tibet

Une fois n’est pas coutume, c’est de justesse que nous arrivons à attraper notre bus. Celui-ci doit nous emmener dans une ville érigée à 2200 m d’altitude. La ville est l’amorce des montagnes du Sishuan se prolongeant ensuite pour former le toit du monde, j’ai nommé le Tibet.

Malheureusement l’entrée au Tibet est extrêmement contrôlée, très cher et accessible uniquement par un tour organisé par des agences. Nous préférons nous contenter de l’ambiance qui règne dans ces montagnes.

Ce trajet ne manquera pas de piments et de déconvenues. Nous nous retrouverons bloqué dans une vallée, et la durée du trajet se rapprochera davantage des 14heures plutôt que des 8h prévu initialement.

Il pleut et la fraîcheur inérante à l’altitude se fait sentir. Comme d’habitude nous n’avons rien réservé, mais avons l’adresse de l’auberge où nous souhaitons logés. Elle est située dans les hauteurs de la ville et ça grimpe sec . Nous croisons une moto conduit justement par le propriétaire américain de l’auberge. Il me propose de monter à l’arrière de sa moto m’évitant ainsi une grimpette difficile . Mathieu me rejoindra très vite . Il a une bien meilleure foulée seul, étant assez lente(trop) dans les montées

Nous passerons 6 jours dans cette auberge. Kanding est une ville à taille humaine et ses protubérances rocheuses la bordant nous séduirons. La ville possède un doux parfum exotique mélangé au bouddhisme. Bien qu’empreinte d’un hurbanisme betonné, la cité à su garder tout son charme culturel. Le centre ville est en harmonie avec l’ambiance de cette région, unLe samedi soir, la plus importante animation se déroule sur la grande place. Ce mêle alors plusieurs générations de garçons et de filles pour une danse collective en cercle. Vu de haut cette danse ressemble à un tourbillon d’eau dans un lavabo

 Photos kangding

Notre programme n’as rien de sensationnel, nous vivotons. Ballades dans les montagnes, visites de temples bouddhiste, repos, films, repos, voici l’esprit de nos journées. Nous aurons l’immense plaisir de retrouver pour une soirée, nos acolytes de Russie et de Mongolie, Romain et Franscisco.

kangding

Il est temps d’enrayer cette vie d’ermite. Nous projetons de rejoindre Shangri -la. Cité de la région du Yunann, posée sur de hauts plateaux à 3400 m d’altitude.

Première étape, rejoindre une des dernières villes au sud du Sishuan, Xiancheng. Le trajet sera long, nous sommes prévenus. Nous passerons des cols enneigés à plus de 4000m nécessitant la pose de chaînes aux pneus du bus. Et une fois encore, nous avons bien fait de prévoir eau et biscuits, car nous rejoindrons notre destination seulement après 18h bus. Nous étions averti, dans ces montagnes mieux vaut ne pas être pressé…Rien ne fut exagérer.

Nous arrivons à minuit passé à notre ville étape. Notre prochain bus est à 6h le lendemain matin. Aucune raison de se hâter, nous ne partirons qu’après demain . Au réveil, le petit dej se déroule sans précipitation suivit de la visite de cette petite ville . Mathieu ira même chez le coiffeur. Au grand désespoir de Mathieu, le coiffeur n’as absolument pas compris les attentes de son client. Ce dernier se retrouvera avec une raie au milieu et une sorte de mise en plis laqué ressemblant aux coupes des années 80 . Fous rires garantis pour au moins 2 jours.

La route toujours et encore et  Xiangcheng

Une fois les larmes de joie passées (pour ma part), nous visitons le temple boudhiste de la ville. Impressionnant, un véritable ville s’anime à l’intérieur des remparts de ce lieu de culte. Et surprise, il n’y a pas que un temple à l’interieur mais trois. Quel plaisir de se promener ici. Car en faite cette ville reste une étape nocturne , delaissée par les touristes. Le temple grandiose est entièrement pour nous .

Episode prochain : découverte d’une une nouvelle region le Yunann

Publié dans:05 - China |on 8 septembre, 2015 |5 Commentaires »

Chiner les bons plans en Chine ça vaut le coup !

 

Le voyage c’est quoi ?! des rencontres, des paysages, des découvertes gustatives, des auberges, et des TRAJETS.. Pour une immersion des plus fidèle dans notre voyage, il nous semblait nécessaire d’allouer un article entier au Trajet en Chine !!

 

Après 5 jours passés au cœur de Béjing et ses environs nous décidons de piquer vers le centre de la Chine à Xi’an. Cela ne vous dis suremment rien, un peu de patience, la description viendra vite !

 

C’est à bord d’un train que nous décidons de voyager pour atteindre notre destination. Ce petit trajet d’une durée initialement prévu de 12H, ce fera en dernière classe, j’ai nommé le fameux HARD SEAT. Nous comprenons mieux la signification et le choix du mot HARD pour cette catégorie. La symbolique est posée et celle ci prend alors sens une fois installé . Notre wagon compte près de 110 personnes assis sur des sièges en face à face bien durs. Pour les autres passagers sans place numéroté, ce sera une assise à même le sol dans les couloirs et à chaque extrémités du wagon. Les discussions vont bon train entre chinois bien sur, ici personne ne parle l’anglais! Nous sommes les seuls touristes blancs et nous attisons vite la curiosité de nos voisins. Des photos de nous serons même prise à notre insu à plusieurs reprises !!!!

 

Ce fût après quelques heures de trajet que les ennuis débuterons. Le train s’étant stationné dans une petite gare depuis bientôt 3H le wagon entier s’interroge sur l’origine du contre temps et le ton monte…. En effet cela fait bientôt 10h que nous sommes partis et nous n’avons même pas fait ¼ du voyage. Face à l’incertitude des contrôleurs, l’attente devient compliquée et la fatigue se fait sentir. La promiscuité des passagers mélangée au bruit et à l’inconfort ne nous permettent pas de sombrer dans un sommeil pourtant nécessaire ; nous sommes actuellement à 20h de trajet. Nous tenterons de demander si il est possible de sortir sur les quais afin de nous délier les jambes et de prendre l’air frais mais là encore notre requête restera vaine..

train

Le train avance lentement. Nous savons maintenant que ce retard est du à une tempête ayant inondée les voies paralysant ainsi l’ensemble du trafic ferroviaire et nous sommes partis depuis 27h. Finalement, après 2 soupes de noodles avalées 1,5l d’eau bu, 1 paquet de gâteau englouti, 4H de sommeil pour Mathieu et 1H pour Coline, nous arrivons à 1H du matin à Xi’an ,31H plus tard….

 

Déboussolés, étourdis, éreintés il nous faut maintenant trouvé une auberge en pleine nuit et dans une ville 2 fois plus grande que Paris. Bonne chance me direz vous ?!!! C’était sans compter la rencontre d’un voyageur espagnol et d’un adorable chinois. Ce dernier nous prendra sous son aile, hélera un taxi et nous emmènera tout droit à une auberge bon marché qu’il connais, le tout avec l’interdiction de partager les frais de route. Sa bienveillance est saisissante….Nous nous affalons à 2h du matin dans nos lits de cette superbe guesthouse. Aucun rêve ne sera fait cette nuit, notre repos se voulait réparateur uniquement…

 

Fin du premier chapitre traitant des trajets….Nous verrons par la suite que ce type de trajet n’as rien d’ anecdotique !!

 

 

Mais revenons à nos moutons et oui du mouton encore et toujours !  :

 

Xi’an, ancienne capitale de la Chine durant plusieurs dynasties, elle fut malheureusement partiellement détruite lors d’affrontements. La capitale fut alors déplacée à Béjing.

Actuellement elle s’impose comme la capitale de la street food et reste un carrefour touristique dominant grâce à la découverte de l’armée des soldats en terre cuite dans les années 70.

 

Photos Armée de terre cuite

 20150807_161219-2 (1)

C’est donc tout guilleret que nous cheminons vers cette immense armée de terre cuite. Là encore nous ne sommes pas les seuls. Nous sommes en août et c’est les vacances pour tout le monde y compris pour les chinois qui sont arrivés en masse de chez masse . Une vrai fourmilière s’agite autour des soldats ! C’est au rythme des nombreux clichés photographiques que nous nous frayons un chemin afin d’y admirer les soldats. Ils sont plus de 6000 soldats tous différents, des chars , des chevaux qui nous observent ou bien l’inverse ?! Dans certaines fosses, de nombreux tumulus de terres contenant bien d’autres soldats chevaux et chars, sont toujours ensevelis à l’heure actuelle. Le mystère persiste donc toujours.  Et celui ci se voit renforcé par le mausolée de l’empereur ordonnant cette édifice, qui n’as toujours pas été fouillés en 2015…Excitant non ? !

Afin d’en protégé des pilleurs, le mausolée de l’Empereur contiendrai une quantité massive de mercure représentant les rivières éternelles érigées en labyrinthe ainsi que de nombreux pièges. Le mythe est à son apogée. Les archéologues restent dans l’expectative d’avoir bientôt des développements techniques assez précis garantissant le contenu de la tombe. Une véritable expédition pour Idianna Jones !!!!!!

 

Photos Xi’an

Les jours suivants nous sillonneront les rues sur de fières bicyclettes.  Il fait chaud et humide 35°C donc la moindre pente à vélo est un ravissement .  La vieille ville est entourée de remparts fortifiés, hérissé en son centre de 2 pagodes majestueuses. La célèbre street food n’as rien de chimérique et nous ravit les papilles à chaque repas. Cela étant, une fois que vous vous êtes accoutumés aux épices pimentées. Ce qui n’a rien d’aisé, car ici le piment est aux repas ce que roblochon est à la tartiflette .

Nous adorons l’ambiance de ces rues colorées par les lumières artificielles des enseignes . Lorsque le soleil commence à fondre dans l’horizon, toutes les tables et tabourets sont mises sur les trottoirs en attendant d’être occupés par de nouveaux convives . Alors, vous choisissez un plat de riz chez celui là puis des brochettes chez celui d’à coté et vous vous installé le tout arrosé d’une bière de chez celui d’en face. Lorsque la nuit enveloppe la ville, nous grimpons tout en haut de la terrasse de notre auberge, il n’y a personne le soir, celle ci surplombe la ville et nous discutons énergiquement tout en buvant des bières . Le Hic c’est que les bières chinoises ne sont pas vraiment alcoolisées genre 2,5 à 4°C et manque de saveurs . Nous nous en contenterons  largement !

 xi'an ville    

Nous quittons Xi’an et notre auberge direction la capitale du Sishuan Chengdu après 18h de hard seat…

 mathieu chengdu     coline velo

 

 

Photos Chengdu

 

Nous dénichons une sympathique auberge toujours au hasard, entourée de terrasses à plusieurs niveaux où  règne une végétations tropicale . Il y a un grand billard, un bar, de moelleux canapés, de la bonne musique et des bonnes bières locales cette fois. Ici c’est le lieu de prédilection des touristes  souhaitant se reposer.

La ville doit sa réputation à la célèbre réserve de pandas ce qui ne nous intéresse absolument pas ! Nous avons Beauval ! Il y a également le plus beau parc naturelle de Chine mais l’entrée ne s’accorde pas vraiment avec nos finances. Le choix est fait, nous décidons d’économiser tout en préparant les jours suivants..   Objectif numéro 1: essayer de prolonger notre visa en Chine !

La suite très vite pour une visite dans les montagnes proches du Tibet et des trajets toujours des trajets….

C

Publié dans:05 - China |on 29 août, 2015 |16 Commentaires »

Salut à toi, China

Des nombreuses contrées que nous avons et allons traverser, la Chine n’était pas celui que nous attendions le plus. Mais les hasards de nos rencontres nous ont fait prendre conscience de cette civilisation avec la plus grande bienveillance.

Avec beaucoup de plaisir, nous lisons vos commentaires et cela nous fait très chaud au coeur d’avoir vos sentiments. Cela nous encourage grandement dans l’écriture de nos péripéties. Encore merci.

 

 

Béijing –> Photos

20150731_180111_HDR~2

Nous voilà donc arrivés par avion pour des raisons de visas arrivant à échéance, dans la ville de Béijing. Comme tout le monde peut se douter, les jeux olympiques ont transformé cette ville. C’est donc dans un aéroport grand comme plusieurs villes de France que nous atterrissons.

Tout d’abord, le premier contraste avec la Mongolie reste sans conteste la chaleur et l’humidité ambiante qui est écrasante. A peine sortis de l’avion, nous nous retrouvons couvert de sueur (Près de 30°) ! Lorsque l’on combine cela avec le poids des sacs à dos (avant et arrière) je vous laisse imaginer la tête que nous faisons. Le temps de trouver notre auberge dans cette jungle urbaine (au vrai sens du terme, cf : traverser une route en environnement hostile !) dans une ruelle qui ressemble plus à un coupe gorge qu’autre chose et nous voilà apaisé. En fait la ruelle que nous empruntons pour venir n’est autre qu’une des nombreuses présentes dans le centre ville de Béijing.

Cet ensemble de maisons et dédale de venelles forme les célèbres Hutong ! C’est pour notre plus grand plaisir que nous avons passé moultes heures à nous perdre dans ce labyrinthe. Ici tout est facile d’accès. A boire, à manger, et de tout ce que nous voulons pas seulement du mouton ! Quel régal. De plus, si l’envie te prend d’aller te faire couper les cheveux à 22h un dimanche soir tu peux, mais il risque d’y avoir la queue !

Nous nous acclimatons très vite à au mode de vie façon Béijing. Pour manger, 3€ à deux nous suffisent et dans la rue, cela ne manque jamais d’agitation. Le plus surprenant, c’est la masse de vélo et de scooter électrique qui ne font pas de bruit… ce qui nous failli plusieurs accroches ! Enfin, même au centre de cette ville c’est un vrai havre de paix que nous avons trouvé.

Une fois les petites appréhensions primaires dépassées, nous commençons notre visite approfondie de la ville, avec la cité interdite… qui l’est toujours un peu car avec plus de 900 bâtiments constitués, à peine quelques un sont visitables ! Et cela est sans compter les nombreux chinois qui viennent visiter leur propre capitale. Et ils sont très nombreux les chinois ! Une marée humaine nous escorte en tout point, depuis la place Tiān ān mén, en passant par le palais du paradis, toujours cette marée… Ce n’est que dans notre Hutong que nous trouvons un espace de tranquilité.

Concernant la nourriture, c’est tout simplement un régal. Tout est disponible (à part peut être un peu de fromage). Du canard laqué, en passant par des brochettes de poulet et autres animaux non identifiables, des buses, du riz délicieux, du boeuf, du porc, des succulentes pâtes,… bref, que du plaisir. Seul regret peut être, pas assez de mouton ! Non je rigole ! Quel plaisir également de retrouver les fruits de tout type et particulièrement ceux que nous ne connaissons pas et dont nous ne savons toujours pas le nom. Qu’importe, nous sommes tellement ravi de toutes nos découvertes.

 

 

Grande Muraille –> Photos

20150802_143347_Pano

A passer quelques jours dans la ville de Béijing, nous nous demandons comment cet empire qu’est la Chine à pu un jour craindre les invasions mongoles ! Pour être sûr de toutes les histoires que l’on nous a raconté sur ces soit-disantes défenses mythiques sont vraies, nous préférons nous en assurer : direction la MURAILLE DE CHINE.

A Pékin, plusieurs possibilités pour rejoindre ces vestiges d’une longueur de 6000 kms. Cependant, un tel élément dans la nature attire une foule à faire pleurer les agoraphiles ! Nous choisissons un endroit moins fréquenté que le célèbre site Badaling, j’ai nommé Mutianyu.

A savoir avant de se rendre sur un tel site, c’est que la majeure partie de la muraille ne ressemble plus qu’à un monticule de pierre et de terre dont la végétation à pris le soin de recouvrir de toute part. Seuls quelques sites sont « visitables » et ouvert au public.

Une fois arrivé sur place, ouvrez votre porte monnaie car tout est très bien prévu pour que votre excursion laisse un souvenir impérissable à votre esprit et votre porte monnaie. La muraille étant sur la cime des montagnes, un téléphérique peut vous y élever, une navette peut vous y approcher, des boissons et des encas pour vous restaurer ! Au premier abord, cela ressemble plus à un parc d’attraction qu’à un site historique. La règle d’or dans ce genre de lieu c’est : ne croyez pas les chinois qui vous disent qu’il faut absolument prendre le téléphérique pour monter et le toboggan pour descendre et tutti quanti ! Après avoir un peu trimer pour négocier les transports, une grimpette de 20 minutes ne tue pas… trop (ça c’est pour Coline)

En tout cas, le ravissement est à son paroxysme lorsque l’on arrive au sommet de notre expédition. La grande muraille, nous y sommes ! A droite, à gauche, devant, derrière, tout est grandiose ! A ce moment nous nous disons qu’il faut réellement être fou pour imaginer un tel projet !

L’ascension pour rejoindre le sommet n’est que le départ ! La muraille s’étend à cet endroit sur plusieurs km, le tout sur les crêtes. Nous voilà donc en train de grimper des marches d’une hauteur invraisemblable. Cela nous vaut quelques suées dans une humidité ambiante dépassant toute possibilité. Touchant l’extrémité de la muraille restaurée, nous avons le loisir de continuer sur la muraille à l’état brut, ce qui ne manque pas de nous surprendre également. La nature est omniprésente. Sur le mur les arbres poussent et de part et d’autres, les parapets sont absents ! Au loin nous percevons la continuité de la muraille qui dessine tel un dragon gris dans un tapis de verdure une silhouette des plus intrigantes. Quelques tours se définissent dans le lointain, sur des sommets encore plus haut que les nôtres. Et dire que des soldats vivaient dans ces endroits !

Quel régal que ce moment passé dans un des joyaux de l’humanité. Nous espérons que les photos pourront vous en faire partager une partie.

Pour nous, il est maintenant temps de rejoindre Xi’an, ville préservant la très célèbre armée de terre cuite datant de plus de 2000 ans.

A bientôt
M

Publié dans:05 - China |on 11 août, 2015 |2  861 Commentaires »

VERDUN-STRASBOURG-BRUXELLES |
Ein Reise in ein deutschspr... |
Skilaplagne2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tripintheusa
| ROAD TRIP IN AUSTRALIA
| Japon tour